L'INSANITÉ

DE L'ESPRIT DES VIVANTS

 

Par Jean leDuc

Juin 2021

 

APOSTASIE ET HÉRÉSIE

 

RÉPUGNANCE DE LA SATISFACTION

 

L'ÉTAT DES VAURIENS EN CHRIST

 

SAGESSE DE L'HUMILITÉ VÉRITABLE

 

FOLIE DE LA PRÉDICATION ET DU TÉMOIGNAGE

 


APOSTASIE ET HÉRÉSIE

Le titre de ce document peut sembler risqué, mais soyez assuré qu'il se trouve dans le contexte du Nouveau Testament, et que nous l'utilisons avec le plus grand respect envers notre Dieu, l'Esprit des vivants.

Dans 1 Corinthiens 1: 25, l'apôtre Paul nous parle de la folie de l'Esprit des vivants, d'utiliser la proclamation du message de la grâce en Christ crucifié, par comparaison à la sagesse du message des hommes capricieux qui en élaborent le principe par des raisonnements tortueux (1 Corinthiens 1: 8-28). Or le synonyme principal pour le mot folie est «insanité», c'est à dire «ce qui est généralement considéré déraisonnable ou illogique, ce qui est contraire à la pensée admise par ceux qui se disent sages et intelligents». En d'autres mots, le message de la grâce dans le renoncement de Christ sur la croix, est complètement contraire au message d'un amour sentimental et émotionnelle qui serait de Dieu pour plaire aux caprices des hommes, afin de satisfaire aux besoins d'une spiritualité purement mondaine et complètement centré sur l'homme, pour apaiser ses imaginations troublées et déséquilibrées. Dans un tel cas il s'agirait plutôt de la proclamation d'un message psychologique qui influence ou manipule les pensées, les raisonnements, et les émotions, en se basant entièrement sur la notion d'un libre-choix illusoire qui satisfait pleinement le cœur tortueux de la nature humaine déchue et corrompue. En obtenant une telle satisfaction, ils s'imaginent être dans la vérité, pensant tout savoir, et cessent de chercher à améliorer leur condition lamentable de tièdes à vomir, qui les pousse toujours plus profond dans des situations de plus en plus illogiques. Ainsi l'insanité de l'Esprit des vivants est plus sage que la folie des hommes qui se disent chrétiens, et le renoncement est plus sage que l'amour illusoire des évangéliques.

Qu'il existe vraiment, de nos jours, des chrétiens sérieusement troublés et déséquilibrés, qui souffrent de cécité intellectuelle et spirituelle, est trop évident à tous les niveaux du christianisme moderne, qu'on ne peut passer outre sans le remarquer, tellement que cela crève les yeux.

À titre d'exemple, nous apprenons que récemment, qu'un frère et sa femme sont allé visiter un couple supposément chrétien qu'ils connaissaient depuis plusieurs années. Ce couple avait été des Baptistes dits Évangéliques depuis une trentaine d'années. Un jour le mari lu un document qui éclaira sa conscience, et ils quittèrent l'Église Baptiste au chagrin du pasteur qui perdit un contribuable important. Toutes les manigances et intimidations du pasteur ne purent les retenir. Même que quelques mois après, le pasteur démissionna de son poste. Bonne chose, direz-vous, et dans un sens oui car cela fait une vipère de moins à se préoccuper. Mais le couple dont nous parlons quitta ce nid de vermines évangéliques pour une mauvaise raison. Ils utilisèrent la nouvelle information du document qu'ils avaient lu, comme excuse pour ne plus payer de dîme et donner des offrandes, car l'argent était leur dieu, et la satisfaction qu'ils en recevaient leur plaisait énormément, car ils possédaient beaucoup de choses. Depuis longtemps ils pensaient de quitter cette prétendue Église, et finalement ils en avaient l'opportunité. Mais ce ne fut pas sans problèmes car ils perdirent plusieurs amis, et à cause de cela la femme avait de l'amertume envers son mari. Or un jour ils furent mis à l'épreuve. Il plut au Seigneur qu'ils puissent entendre parler, par l'entremise du frère et sa femme qui les visitaient, d'un chrétien qui était dans la misère de la pauvreté, mais qui ne se plaignait point de sa condition. Le mari de ce couple se sentait donc obliger de contacter ce chrétien afin de ne pas paraître mal aux yeux de ses amis. Il vint ainsi à l'aide de ce chrétien, mais chichement et de contre-cœur, cherchant par tous les moyens à s'en défaire pour que le chrétien cherche de l'aide du gouvernement plutôt que de lui. Le frère et sa femme les quittèrent ainsi avec une grande tristesse en leur cœur, et prirent la relève joyeusement à sa place. Cette petite histoire véridique, illustre les dangers d'être satisfait de soi-même, que ce soit au niveau social ou spirituel, elle indique clairement le refus du renoncement envers un autre, et cela est le point que nous désirons vous faire remarquer, car elle souligne l'indifférence, l'idolâtrie, et l'apostasie dans le prétendu christianisme de nos jours.

Or une telle situation déplorable n'est pas nouvelle, elle existait déjà dans le christianisme primitif des premiers siècles. Nous le voyons avec Annanias et sa femme Saphira, qui mentirent à la Sainte Présence de Christ, pour garder une part du prix d'une possession qu'ils vendirent, et donnèrent le reste aux apôtres sous prétentions qu'il s'agissait du plein montant de la vente. Mais les deux tombèrent mort aux pieds de l'apôtre Pierre à cause de ce mensonge déplorable (Actes 5: 1-9). L'amour de l'argent a des conséquences désastreuses inévitables pour ceux qui se disent chrétiens, et cela même en nos temps modernes. Heureusement que ce n'est pas le cas pour les vrais élus.

En fait nous sommes dans une période de grande apostasie sans pareille dans toute l'histoire du christianisme, qui a beaucoup de ressemblances avec certaines anciennes notions maintenues par les premiers chrétiens qui avaient apostasié. Certains niaient la divinité de Christ, d'autres persistèrent à se justifier par les œuvres de la loi, pour d'autres les souffrances et les douleurs du sacrifice de la croix n'étaient pas réels, d'autres rejetaient la résurrection d'entre les morts, et d'autres érigèrent la foi en un système d'organisation pour mieux dominer sur les consciences, et se faire une renommée. Un grand nombre d'hérésies ou fausses doctrines surgirent, principalement celle qui divisait Dieu en trois personnes distingues. Or premièrement, le mot «apostasie» signifie «déviation», ou plus précisément «déformation de la foi et de la vérité», et prend souvent le sens de «révolte». Ce terme est utilisé par l'apôtre Paul en 2 Thessaloniciens 2: 3, dans le contexte du mystère de l'iniquité d'un faux peuple de Dieu, et qui par analogie se rapporte aux derniers temps. Nous en avons un exemple criant avec l'Église de Laodicée dans Apocalypse 3: 14-22, qui se rapporte à notre sujet.

 

RÉPUGNANCE DE LA SATISFACTION

La première chose à remarquer est que le mot «Laodicée» signifie littéralement «choix du peuple», notion qui correspond en nos temps moderne à l'expression «libre-choix», ce que plusieurs nomment aussi «libre-arbitre» ou volonté libre. Mais un tel principe est complètement faux, car la volonté est esclave de la chair et du péché, et en plus elle est soumise à des lois naturelles et sociales qui régissent le cours de notre vie, dans tous les aspects de notre existence en ce monde. La liberté n'est donc qu'une illusion philosophique, relative à l'individuel et ne détient réellement aucune valeur, sauf dans l'esprit des réprouvés qui en font une idole supportée sur le piédestal de l'estime de soi. Nous faisons donc face à un christianisme contrefait idolâtre qui s'estime au-dessus de toutes choses comme étant le véritable.

Cela est surtout évident chez les pasteurs de la secte Baptiste, gens pédants, orgueilleux, arrogants, hypocrites et manipulateurs. Il n'y a pas de pires rapaces sur la face de la terre qu'un pasteur Baptiste. Ces démons maudits souffriront les peines les plus atroces et les plus horribles dans un enfer réel. Un de ces salopards, un nommé Mario Monnette, vient justement d'être condamné ce matin à 5 ans de pénitencier, et sa femme à 4 ans de prison, pour avoir battu sauvagement des enfants sans relâche pour une période de 25 années. De plus, plein d'arrogance, il ne démontra, devant le juge, aucun regret ni repentance, pour ses crimes odieux. Or ils connaîtront vivement que les autres prisonniers n'ont absolument aucune tolérance pour les violeurs d'enfants. Mais ce n'est rien comparé au jugement de Dieu qui les attend. S'ils survivent à leur incarcération, ils connaîtront le déshonneur et la ruine pour le reste de leurs jours. Ce pasteur ignoble est celui qui travailla à la révision et fit paraître la Bible Ostervald 2014 et 2018. Vous pouvez donc vous imaginer les notions tordues et subtiles qu'elles contiennent, pour supporter ses points de vue diaboliques. Depuis le début de cette investigation, les pasteurs Baptistes se cachent dans des trous noirs comme des coquerelles, ou changent le nom de leurs églises dans une vaine tentative de camoufler leur identité. Que ces gens se disent chrétiens est une vraie abomination monstrueuse.

Le christianisme troublé et déséquilibré de l'Église de Laodicée, qui est une figure de l'Église des derniers temps, a pour base l'hérésie du libre-choix. Cette doctrine pernicieuse, fait de l'homme maître de son destin, et l'élève à la stature de la divinité (Genèse 3: 5). La deuxième chose à remarquer, est la satisfaction des chrétiens de cette église: «Ainsi, parce que tu es tiède, ni froid, ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. Car tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi, et je n'ai besoin de rien...» (Apocalypse 3: 16, 17).  Il n'existe donc aucun doute que cette église était complètement centrée sur l'homme, et que sa forme de christianisme était du pur égoïsme. Il est clair, dans ce contexte d'une spiritualité narcissiste, que la satisfaction qui provient du libre-choix, engendre une tiédeur répugnante à faire vomir. Nous avons ainsi l'image parfaite du mouvement dit Évangélique de nos temps moderne. Nous parvenons à la même conclusion avec la prophétie de l'apôtre Paul dans 2 Thessaloniciens 2: 1-12, qui nous parle d'un faux peuple de Dieu, désigné pour apparaître vers la fin des temps. Ces passages nous parlent clairement du mouvement dit Évangélique qui connut son essor dans les années 1960.

 

Troisièmement, nous remarquons que le Seigneur Jésus dit, par la plume de l'apôtre Jean, que les chrétiens de Laodicée étaient aveugles concernant la grâce du sacrifice de la croix. Cela est évident par le fait que le sacrifice est un renoncement, tandis que les réprouvés y voient la satisfaction d'un amour de soi. Or il est impossible d'être satisfait de soi-même devant la croix qui exige le renoncement total, par la puissance de l'Esprit des vivants qui l'engendre. Ceux qui sont assez insensés pour garder leur indépendance afin de maintenir la dignité humaine dans ses efforts d'une volonté supposément libre de choisir de croire, assurent leur perdition éternelle. Le salut est le choix de Dieu envers ses élus, et non le choix de l'homme envers lui-même.

 

L'ÉTAT DES VAURIENS EN CHRIST

Les voies de Dieu sont mystérieuses, ses pensées sont au-dessus de nos pensées. En d'autres mots, Dieu agit comme il veut dans les cieux et sur la terre. Un vaurien est une chose vile et méprisable, une personne rejetée qui ne détient aucune importance. On peut considérer ces gens comme étant dans la classe marginale de la société, où nous trouvons des ignorants, des indigents ou nécessiteux, des mécontents, des rebelles, des révolutionnaires, et des hors-la-loi de tous genres.

 

On ne pourrait s'imaginer, pour une seconde, que de telles personnes puissent être des outils choisis du Seigneur, notre Esprit des vivants pour l'accomplissement de ses dessins. On aurait plutôt tendance à penser, selon la logique normative, que le Seigneur choisirait des personnes respectables, bien éduquée, comme des érudits ou des élites de la société, des gens nobles et dignes d'honneurs non colériques et non grossiers ou rude de paroles, mais qui font preuve de douceur et de sagesse. Mais on se tromperait grandement.

 

Mais voici ce que dit l'apôtre Paul sous l'inspiration et la direction de la Sainte Présence de Christ, pour notre instruction et notre édification:

19 Car il est écrit: Je détruirai la sagesse des experts et j'anéantirai le raisonnement des prévoyants. Job 5. 12; És. 29. 14;

20  est le sage? Où est le scribe? Où est le sophiste de ce siècle? L'ESPRIT DES VIVANTS n'a-t-il pas rendu folle la sagesse de cette disposition. És. 33. 18;

21 Car, tandis que cette disposition, selon la sagesse de L'ESPRIT DES VIVANTS, n'a point connu L'ESPRIT DES VIVANTS par cette sagesse, il a plu à L'ESPRIT DES VIVANTS de sauver les croyants par la folie de la proclamation du message de la grâce. Mt. 11. 25; Lu. 10. 21;

22 Tandis que les Judéens demandent des signes miraculeux, et que les Grecs cherchent la sagesse, Mt. 12. 38; Mt. 16. 1; Jn. 4. 48;

23 Nous, nous proclamons Christ crucifié, scandale véritable pour les Judéens, et folie pour les Grecs; Mt. 11. 6; Jn. 6. 60; Jn. 6. 66;

24 Mais pour ceux qui sont appelés à renaître, tant Judéens que Grecs, Christ est L'ESPRIT DES VIVANTS puissant et L'ESPRIT DES VIVANTS sage; Col. 2. 3;

25 Car la folie de L'ESPRIT DES VIVANTS est plus sage que la nature des hommes, et la faiblesse de L'ESPRIT DES VIVANTS plus forte que le caractère des hommes.

26 Considérez, frères, que parmi vous, qui avez été appelés, il n'y a pas beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Jn. 7. 48; Ja. 2. 5;

27 Mais L'ESPRIT DES VIVANTS a choisi les choses folles de cette disposition pour déshonorer les sages, et L'ESPRIT DES VIVANTS a choisi les choses faibles de cette disposition pour déshonorer les fortes,

28 Et L'ESPRIT DES VIVANTS a choisi les choses viles de cette disposition et celles qui sont rejetées, même celles qui ne sont point, pour anéantir celles qui sont,

29 Afin que nulle chair ne se valorise en sa présence.

30 Mais avec Lui, vous êtes en JÉSUS LE MESSIE, qui de L'ESPRIT DES VIVANTS, nous a été fait sagesse, justice, sanctification et rédemption; Jé. 23. 5; Jn. 17. 19;

31 Afin que, comme il est écrit, celui qui se glorifie, qu'il se glorifie dans L'ADMIRABLE. És. 65. 16; Jé. 9. 23-24; 2 Co. 10. 17;

Il est étrange au raisonnement charnel, que Dieu puisse agir de la sorte. Mais dans le contexte de cette révélation formidable, une personne vile, c'est à dire un vaurien, est celui ou celle qui est abaissé dans la poussière de l'humilité par le renoncement de Christ sur la croix, et qui est donné de réaliser son état d'être. Considérant que cela a été déterminé d'avance dans le décret d'élection avant la fondation du monde, et que Dieu est le Maître absolu sur toutes choses, nous voyons que seuls ceux-là sont choisis pour la proclamation du message de la grâce, dans le sacrifice ou renoncement de Christ sur la croix en faveur de ses élus. Ainsi dit notre Dieu et Sauveur, le Seigneur Jésus: «Celui qui s'abaisse sera élevé, mais celui qui s'élève sera abaissé... Celui qui veut être mon disciple, qu'il renonce à lui-même, et qu'il porte mon fardeau.»

Dites-nous, en réalité combien connaissez-vous de prédicateurs ou pasteurs qui rencontrent Tous ces critères ?  Si vous êtes honnêtes, vous direz, aucun, et vous auriez parfaitement raison, car en vérité aucun d'eux ne connaît réellement l'humilité du renoncement de Christ. Leur ministère consiste plutôt à s'élever en se donnant de l'importance afin de se faire une renommée parmi les hommes. Mais la sagesse de Dieu est contraire à leurs agissements perfides et subversifs.

Ceux qui ont été désignés pour la proclamation du message de la grâce du renoncement en Christ, sont très peu en ce monde, en fait ils sont presque inexistants. Mais il plut à Dieu, notre Esprit des vivants, qu'il s'en trouve au moins un dans chaque génération, selon le niveau de connaissance que Dieu a donné pour chacune d'elles dans son époque. Dans ce contexte le nombre ne fait pas la force, car une petite étincelle peut allumer un très grand feu. On peut ainsi les nommer «les Étincelles de l'Éternel», car ils allument la lumière de la vérité dans la conscience de ceux qui sont désignés à la recevoir, selon le bon plaisir de l'Esprit des vivants, et la gloire de son Nom, à savoir JÉSUS, notre Père éternel et seul Sauveur, qui habite en nous par sa Sainte Présence. Or vous savez déjà toutes ces choses et vous en êtes pleinement conscient, car l'Esprit de Vérité et de Gloire habite aussi en vous, afin que le renoncement de Christ ne soit pas en vain.

Le feu de la Vérité est allumé en ces derniers, et sa grandeur n'est pas nécessairement son étendue, mais surtout sa qualité de transformation des élus, pour la gloire éternelle.

 

SAGESSE DE L'HUMILITÉ VÉRITABLE

L'humilité véritable est une qualité exceptionnelle extrêmement rare, surtout en cette fin des temps. Toutefois son contraire est grandement populaire à tous les niveaux de la société, particulièrement dans la religion, la politique, la finance, et les grandes entreprises et industries. La principale caractéristique de ces endroits est plutôt l'ambition, l'agressivité, l'approbativité, l'amour-propre, l'arrogance, l'audace, l'éclat, la fierté, la performance, la gloriole, la présomption, infatuation, compétition, orgueil et prétention. Toutes ces caractéristiques sont mondaines, charnelles, et diaboliques. Elles sont généralement l'attitude de pasteurs pédants qui cherchent à dominer sur la foi des gens, en leur imposants subtilement leurs opinions et interprétations forcées des Saintes-Écritures, en utilisant l'intimidation.

La Bible nous dit clairement qu'il y a une sagesse d'en bas, et une sagesse d'en haut. Ces choses sont mentionnées dans Jacques 3: 13-18:

13 Y a-t-il parmi vous quelque homme sage et intelligent? Qu'il montre ses initiatives par une conduite honnête avec la bienveillance de la sagesse; Ép. 5. 8;

14 Mais si vous avez une ferveur venimeuse et partisane dans votre cœur, ne vous glorifiez point et ne mentez point contre la vérité. Ro. 13. 13;

15 Ce n'est point là la sagesse qui vient d'en haut, mais elle est terrestre, sensuelle et déréglée. 1 Co. 2. 6-7;

16 Car partout où sont la jalousie et la dispute, là il y a du trouble, et toute espèce de mal. 1 Co. 3. 3; Ga. 5. 20;

17 Quant à la sagesse d'en haut, elle est d'abord véritable, puis salutaire, équitable, rassurante, pleine de miséricorde et de rendements gracieux, impartiale et sans dissimulation.

18 Or, le fruit de la justice se sème dans la fermeté, pour ceux qui expriment l'assurance de Christ.

Ainsi nous voyons que la sagesse de l'humilité dans le renoncement de Christ sur la croix, est contraire à la sagesse diabolique de l'ambition des vipères dites évangéliques.

Il y a ainsi une fausse proclamation de la grâce, qui est en réalité une disgrâce odieuse et répugnante à vomir. Et une proclamation de la grâce véritable dans l'humilité du renoncement de Christ. La lumière de la Vérité brille présentement en cette fin des temps, et ceux qui furent désignés pour la recevoir, la recevront et se réjouiront éternellement.

 

FOLIE DE LA PRÉDICATION ET DU TÉMOIGNAGE

Les grandes prédications et témoignages évangéliques, ne manquent pas d'impressionner les gens, surtout lors de campagnes d'évangélisation massive. À les entendre parler, des millions de personnes auraient été converties à Christ lors de ces mégas ralliements. Si nous faisions les calculs de gens supposément convertis depuis les années 1960, le total surpasserait de loin la population entière de la terre. Il est évident qu'il y a anguille sous roche ici, et que les nombres son exagérés pour donner de la crédibilité à ces fripouilles évangéliques.

Qui n'a jamais vue des grands prédicateurs comme Billy Graham, Benny Hin, John Hagee, et autres vermines du même calibre, vendent leur salade à des multitudes de gens crédules et ignorants qui gobent tout, sauf la vérité. Ah, disent-ils, mais c'est écrit dans la Bible de convertir des âmes perdues. Mais la Bible dit aussi de vous couper la main si elle vous porte à pécher, et de même de vous arracher les yeux et la langue. Combien de vous obéissez à cette directive du Seigneur Jésus ? Existe-t-il une église de manchots évangélique, puisque vous êtes tous des menteurs ? Toutefois nous savons qu'il existe un Dieu à trois têtes pour des chrétiens sans têtes.

Les évangéliques sont forts sur le témoignage, c'est leur pilule magique qui résout tout problème, leur réponse à toutes situations d'une vie troublée. Pour apaiser les consciences il faut témoigner de Jésus qui est la deuxième personne de leur trinité chimérique, témoigner de leur fausse église ou organisation mondaine et charnelle, témoigner de leurs pratiques idolâtres d'un faux baptême et d'un faux repas du Seigneur, témoigner de leur pasteur manipulateur formidable, témoigner de leur vie personnelle de pécheurs, témoigner émotionnellement de leur faux salut, témoigner de leurs efforts grandioses pour obéir au Seigneur de leurs imaginations fertiles, témoigner de la Bible dénaturée qu'ils utilisent pour séduire les gens, témoigner de leurs interprétations particulières, etc., qui tordent et déforment le sens de la vérité révélée.

Mais comment les évangéliques peuvent-ils témoigner de la vérité, lorsqu'ils ne font que la déformer de différentes façons et par tous les moyens possibles ? Ce n'est pas la vérité qu'ils proclament, mais leur vérité, ce qu'ils pensent que la vérité doit être à leurs yeux et témoignages. En d'autres mots ils ne témoignent de la vérité mais de la duplicité, d'un système de penser qui est le résultat d'une programmation ou endoctrinement, ce qui se nomme un lavage de cerveau. Impossible, diriez-vous ! Non, absolument pas ! Jour après jour ils se font dire par leurs pasteurs pédants et les membres de leurs assemblées, comment penser, comment agir, comment interpréter la Bible. Ils lisent toutes sortes de livres sur le sujet, qui proviennent généralement de vermines évangéliques comme eux, et ils écoutent des émissions de télévision et regardent de films programmés par les mêmes vermines. Leur vie est complètement saturée de désinformations qu'ils prennent pour la vérité même, puis s'imaginent être chrétiens, lorsqu'ils sont plutôt des crétins.

La proclamation du message de la grâce est un renoncement, et non le témoignage d'une illusion ou d'une opinion, d'une infatuation, d'approximations, de présomptions, ou d'un système d'évangélisation.

Or ce que les réprouvés et imposteurs ne réalisent point, est que le mot «témoigner» dans le Grec original signifie «subir le martyr», c'est à dire «souffrir de grandes douleurs», ce qui est entièrement contraire à la notion des vipères évangéliques. La proclamation de Christ crucifié n'est pas une opinion ou interprétation particulière. Elle est le témoignage véritable du renoncement de Christ dans des souffrances extrêmes et des douleurs atroces inimaginables, pour le rachat de ses élus seuls. Son sacrifice expiatoire comme notre Substitut, est l'assurance de notre salut et de la vie éternelle. Notre ministère consiste ainsi à proclamer cette vérité essentielle, soit par vive voix ou par écrit, quoique nous rencontrons beaucoup d'oppositions malicieuses de la part des vipères évangéliques. Néanmoins nous persistons dans le message de la grâce de l'humilité du renoncement de Christ, qui habite en nous par sa Sainte Présence à la louange de sa gloire.

 

À Christ seul soit la Gloire

Amen !

 

Rédigé par Jean leDuc sous la direction de Christ

pour la communauté mondiale des élus.

 

 

    ue