LE FLÉAU DES SECTES

 

DITES CHRÉTIENNES

 

par Jean leDuc

 

Juin 2017

 

 

LES DANGERS SUBTILS D'UN CHRISTIANISME SECTAIRE

 

LA DÉFINITION RÉELLE D'UNE SECTE

 

MISES EN GARDE BIBLIQUES

 

ATTITUDE FACE AUX HÉRÉTIQUES

 

NE PAS AJOUTER FOI À TOUT ESPRIT

 

COMMENT RECONNAÎTRE LES SECTES

 

LES FRUITS DES SECTES DITES CHRÉTIENNES

 


 

LES DANGERS SUBTILS D'UN CHRISTIANISME SECTAIRE

Définir ce qu'est une secte chrétienne et préciser son attitude de duplicités, semble être, de prime abord, une opération sans grande difficulté. Il s’agit avant tout d’un travail descriptif. Pourtant, cela présente un problème majeur. Il n’y a pas de différence de nature entre une secte chrétienne et une religion chrétienne puisque les deux sont identiques, mais une différence de degré ou de notoriété. La signification première qui est généralement attribué au mot «secte» dans le monde séculier, est un dérivé de l’étymologie du mot latin (sequi: suivre ou secare: couper). Or il importe de savoir que ce sens du mot est philosophique et donc mondain et charnel, il ne représente aucunement le sens biblique réel du terme Grec d'où il provient. Il définit la secte de façon neutre et descriptive comme une émanation dissidente et minoritaire d’une religion reconnue comme un groupe de personnes qui suivent l’enseignement d’un maître à penser. Il est aussi évident que dans le sens d'une secte dite chrétienne comme chez les baptistes (la reine des sectes), les réformés, les luthériens, les méthodistes, les catholiques, les darbystes, les messianiques, les adventistes, les pentecôtistes et les charismatiques, que ce «maître à penser» est généralement un pasteur ou un dirigeant spirituel quelconque qui a la charge d'instruire ou endoctriner des gens crédules dans les voies de sa secte ou dénomination particulière. Et puisque les sectes chrétiennes sont officiellement reconnues comme des religions admissibles et tolérées par le gouvernement d'une nation démoncratique, elles sont rarement condamnées et exposées pour ce qu'elles sont, et les gens demeurent ignorants des dangers qu'elles représentent. Ce qu'elles désirent est le monopole des consciences et de la foi dite chrétienne par la manipulation et l'imposition de principes subtiles à l'apparence biblique, donnant la fausse impression que les gens sont libre de croire et de choisir leur destin lorsqu'ils sont assujettis astucieusement à leur endoctrinement sectaire. Étant inculqués des notions d'une fausse espérance et d'une fausse assurance, les victimes tombent aisément dans le piège. Du temps qu'elles observent les lois d'un pays, ne sont pas ouvertement un danger pour la société, et que leurs adeptes payent les impôts, elles sont libres d'enseigner toutes sortes de théories insidieuses et de fausses doctrines captieuses comme bon leur semble. Il n'y a pas de «police doctrinale» dans une nation  pour jeter en prison tous ces ennemis du peuple commun qui séduisent les gens avec des principes sinueux qui les mènent à la perdition éternelle. Au niveau de la société cela est peut-être une bonne chose, car on manquerait de place dans les prisons pour tous les enfermer tellement ces chrétiens imposteurs et délétères sont nombreux.

 

Pour la «Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires» (Miviludes), une secte est considérée comme un «dévoiement de la liberté de pensée, d’opinion ou de religion» qui se caractérise par «la mise en œuvre, par un groupe organisé ou par un individu isolé, de pressions ou de techniques ayant pour but de créer, de maintenir ou d’exploiter chez une personne un état de sujétion psychologique ou physique, la privant d’une partie de son libre arbitre». Paradoxalement c'est aussi la position maintenue par la majorité des sectes dites chrétiennes, preuve de la confusion qui existe dans le christianisme contrefait moderne face à la vérité. Il importe de remarquer que cette association séculière antisectes, très reconnue en Europe, analyse le phénomène des sectes sur la base philosophique et hypothétique du «libre-arbitre». Notion qui n'a aucun soutient dans les Saintes-Écritures à moins de l'interpoler avec des conjectures sophistiquées qui font dire à la Bible ce qu'elle ne dit pas, ce qui est généralement le cas parmi les sectes chrétiennes, notamment chez les évangéliques du christianisme contrefait moderne. Notons que tous les groupes ou associations qui combattent contre les sectes comme Vigi-sectes, Préven-sectes, Info-Sectes, sont composés eux-mêmes de personnes qui proviennent de différentes sectes dites chrétiennes. En d'autres mots, ces groupes sont eux-mêmes des sectes et sont loin d'être en mesure de déceler ce qu'est réellement une secte selon les Écritures. Satan ne peut chasser Satan, ou comme dit le Seigneur Jésus: «Si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même; comment donc son royaume subsistera-t-il?» (Mat. 12:26). Tout nous indique, sans l'ombre d'aucun doute, que les associations antisectes sont elles-mêmes des groupes sectaires qui se réclament l'autorité de Christ pour aveugler les gens crédules, indolents et superstitieux qui s'imaginent être des chrétiens. Un in-secte méprisable, un impulsif et agitateur de Vigi-Sectes Aquitaine, un nommé Patrice Garriga, avide de puissance et d'honneurs, s'imagine être un défenseur de la vérité, mais de sa vérité, lorsqu'il est plutôt un serpent venimeux qui aime rapporter les ragots de tous les évangéliques insensés qui ont une dent contre quelqu'un. Il se donne ainsi à cœur de joie de salir leur réputation dans le but de les discréditer afin de s'élever comme le champion des tarés. Cet énergumène sert d'exemple à tous les invétérés qui suivent dans ses pas, et dans ce domaine ils sont légion dans le christianisme contrefait moderne. Vous n'avez qu'à vous rendre sur les Blogs et Forums supposément chrétiens pour en être convaincu. Dans ces endroits malsains, le fiel est servie à grand plat sous l'impulsion d'un esprit maléfique qu'ils nomment le Saint-Esprit. Le pire est qu'ils cherchent constamment à justifier leur conduite méprisable en citant des passages de la Bible. Si cela ne vous fait pas frémir dans tout votre être, posez-vous la question si vous êtes réellement chrétien, car une telle conduite déplorable est une vraie abomination aux yeux de Dieu.

 

Du à la pédanterie des ministres, le culte de la personnalité domine dans ces milieux de principes tortueux et d'extravagances doctrinales où l'hypocrisie, la prétention et l'apparence sont des caractéristiques prédominantes. Plus que souvent le fondateur prend la place du Christ. Ses interprétations particulières en arrivent à supplanter les Écritures, seul lui est à même de les expliquer avec justesse. Après tout n'est-il pas qualifié académiquement ou n'a-t-il pas été choisi et reconnu par sa dénomination pour exercer un tel ministère, ne détient-il pas une licence de pasteur ou de théologien, n'a-t-il pas le droit de se réclamer l'autorité et le respect de sa position? Qu'en est-il du fait que dans ces milieux toute révélation de conduite scandaleuse est accueillie par le déni, la dénonciation de complot et de persécution? Même que la diffamation, la manipulation, et l'intimidation s'y trouvent à tous les niveaux afin de protéger la secte contre ses opposants. La crainte d'être exposé pèse lourdement sur la conscience de ces psychopathes démentiels. Plusieurs, surtout parmi les baptistes, ont eu recours à la violence physique contre des enfants, à des escroqueries financières, et même à des tentatives de meurtre contre leurs détracteurs. Un pasteur baptiste du Québec nommé Jacques Alexanian, un des fondateurs de la secte SEMBEQ, surnommé aussi le pape baptiste à cause de sa pédanterie et de ses manipulations, tenait des réunions clos avec ses assistants et prièrent pour la mort d'un de leurs membres qui s'opposait à ses manigances. Un autre pasteur baptiste du Québec, un nommé Mario Monette, surnommé le porc provocateur de la porcherie baptiste, retient la vérité captive en pratiquant la censure de la Parole de Dieu. Il fut accusé d'escroquerie et d'abus de pouvoir par des anciens membres de son église qui rapportèrent le fait aux autorités. Des pasteurs pentecôtistes ont sombrés dans l'adultère et d'autres dans l'échangisme. Des dirigeants d'une secte charismatiques de la troisième vague du groupe de Michelle d'Astier, surnommés avec raison «la sorcière de la Vigerie», chassent des démons imaginaires de nourrissons et de jeunes enfants, violant leur conscience fragile. Un pasteur messianique adultère nommé Christian Becquet, surnommé le nègre blanc, un démon sortit directement du gouffre infernal, mentalement détraqué, malicieux et malveillant, sème des calomnies atroces contre ses adversaires pour se réclamer la dignité de son ministère aux yeux de tarés et de débiles de son genre. Cet énergumène s'imagine même dans les délires de son esprit détraqué être le pasteur de millions de personnes. Voila un ennemi de la croix pédant et orgueilleux qui est assoiffé de gloire personnelle et ne s'arrêtera devant rien pour l'obtenir. Ce ne sont que des exemples parmi tant d'autres. Le fléau des dérives sectaires supposément chrétiennes ne connait aucune borne, il dépasse de loin les aberrations du monde séculier qui ne prétend pas être autrement que ce qu'il est.

 

Il est difficile d’expliquer toutes les raisons pour lesquelles un système d’emprise s’est mis en place dans les sectes dites chrétiennes. Chose certaine, l'argent et la gloire personnelle en sont des facteurs importants. Cela peut relever dès le début du profil psychologique du ou des responsables. Dans ce christianisme dénaturé, un très grand nombre souffre de névrose et de psychose, les délires de consciences déréglées à cause de sentiments de culpabilités exacerbés font des ravages parmi les gens simples d'esprit. Mais bien souvent aussi, la dérive sectaire se déploie lentement. Au départ, beaucoup sont très sincères, mais la sincérité n'est pas un gage de la vérité. La grande majorité sont sincèrement dans l'erreur, et comme dit un vieux dicton: «Le chemin vers l'enfer est pavé de bonnes intentions». Puis quand arrivent le succès, la renommée, l’afflux des vocations, l’adulation des frères, l’argent, les voyages, l'orgueil de la gloire personnelle les égarent d'avantage dans des voies périlleuses. À cela s’ajoute le fait que les membres crédules, souvent jeunes et facilement influençables, entrent dans la communauté sans expérience ni recul, avec une grande idéalisation de la figure du pasteur ou du dirigeant, et n'ont aucune formation solide dans les Saintes-Écritures, en particulier ce qui concerne la foi et la grâce du salut, principes qui sont déformés subtilement pour convenir à l'idéologie sectaire de la mouvance évangélique. Plus largement, ce type de dérives a pu trouver prise, ces dernières décennies, auprès de chrétiens nominatifs, charnels et superficiels en grande quête spirituelle (cherchant des maîtres spirituels car n'ayant pas l'Esprit de Christ, mais seulement une contrefaçon spirite et mystique). Ce sont des pseudo-chrétiens en attente de réassurance et de repères forts dans une société sécularisée; et, enfin, en recherche de figures d’autorité charismatiques, dans un contexte de crise des institutions, de l’autorité et de la paternité.

 

LA DÉFINITION RÉELLE D'UNE SECTE

Le christianisme contrefait actuel, traditionnel comme évangélique et dissident, apparaît comme une mosaïque d'un grand nombre de sectes plus ou moins importantes, affirmant toutes être l’authentique Église de Jésus-Christ. Mais à l’examen approfondi, on se rend compte qu'elles sont en opposition avec les Saintes-Écritures, et qu'il y a aussi d’énormes contrastes, voire de sérieux conflits. qui les séparent ou les opposent. Qu’est-ce donc réellement une secte d'après la Parole de Dieu et non d'après la parole des hommes? La notion populaire qu'une secte est un parti formé au sein d’une religion et groupant des adeptes qui suivent une même doctrine est très artificieuse, mais l'idée de «séparation» et de suivre «une même doctrine» est valide quoique tordue dans cette définition. Le mot «secte» qui vient du latin « sequi » et qui signifie «suivre» est dérivé de «secare» qui signifie couper, séparer. Il est interprété faussement comme signifiant une personne ou un groupe qui suivent une autre religion ou point de vue différent que celui qui est généralement reconnue, ce qui a pour résultat la séparation du groupe principal qui se réclame l'autorité et le monopole de la foi. Mais cette notion ne prend pas en considération le sens réel du terme, ni que le groupe principal soit lui-même une secte de réprouvés qui cherche à dominer sur les autres sectes, même si elles détiennent plusieurs doctrines similaires.

 

Le mot «secte» provient de la Bible et non de la philosophie des religions qui l'interprètent à leur façon. Ce mot vient du Grec «hairesis» d'où nous avons le mot «hérésie». Sa définition est très révélatrice par rapport à la forme moderne du christianisme qui domine de nos jours. Sa signification réelle est de «choisir», c'est à dire de «faire un choix» dans le sens de prendre une décision libre et sans contrainte que l'on nomme de nos jours le «libre-choix». On entend souvent dire: «Tous font des choix, il n'y a rien de mal là. Après tout, nous ne sommes pas des robots». Dans le monde séculier et religieux la notion de «faire un choix» est considérée une chose positive et bien normale. Mais dans le Grec du Nouveau Testament ce mot détient un aspect négatif et dépourvu d'éléments constructifs qui portent à la destruction. Il exprime une interdiction et présente un désaccord avec la position des apôtres dans le sens qu'il nie la vérité du message de l'enseignement du Seigneur Jésus-Christ, et s'oppose à la souveraineté absolue du Dieu Vivant et Tout-Puissant, notre Admirable Esprit des vivants. Le choix du salut appartient à Dieu seul, notre Admirable Esprit des vivants et seul Sauveur. Ainsi le mot «secte» se définit que par rapport à son contraire. Faire un choix implique par nécessité l'indépendance, tandis que son contraire implique la soumission et le renoncement ou résignation. Dans le contexte de la révélation scripturaire il s'agit de l'essence de choisir au niveau spirituel et la Bible enseigne clairement que l'homme est mort spirituellement (Éph. 2:1-10), ce n'est que par la pure grâce de Dieu que nous revenons à la vie (voir: Les merveilles de la grâce souveraine). Il est évident que tous font des choix à tous les jours, mais il faut comprendre que la capacité de choisir en l'homme est l'œuvre de sa volonté et celle-ci, nous dit la Bible, est esclave de la chair et du péché (Ro. 7:14-24). En d'autres mots, la faculté de choisir est l'évidence de la Chute en Éden lorsque l'homme déclara son indépendance pour devenir maître de son destin, se faisant ainsi dieu (Gen. 3:5). Donc faire un choix au niveau spirituel est impossible à l'homme puisque sa nature humaine est complètement déchue et corrompue, ses choix sont limités à son existence mondaine et charnelle et il ne peut en échapper (voir: Corruption de la nature humaine). L'homme n'a pas le choix de naître, ni de respirer, ni de mourir, cela est le résultat de sa rébellion contre Dieu au début des temps. Le Nouveau Testament nous indique clairement que les apôtres reprochent et condamnent ceux qui disent avoir le choix de croire et qui enseignent cette déviation de la vérité à d'autres afin de les induire dans une fausse voie de salut. Une secte n'est donc pas une personne ou un groupe dissident qui se sépare d'une religion reconnue à cause de points de vue différents; mais de gens qui «professent une même doctrine» de prendre un choix de croire en Christ, de l'accepter par une décision personnelle, ce qui est la contribution de l'homme à son salut par laquelle «il est séparé de Dieu pour l'éternité». Il s'agit donc du salut par les œuvres de la volonté de l'homme, un salut de disgrâce qui mène à la perdition et qui englobe toutes les dénominations ou religions dites chrétiennes. Le christianisme contrefait moderne est une secte globale qui déforme la vérité du salut par grâce, un faux peuple de Dieu qui dans sa collectivité est nommé par l'apôtre Paul «le mystère de l'iniquité, l'homme du péché, le fils de la perdition» (2 Thes. 2:3-12).

 

Sous la loi de l'Ancienne Alliance, on distinguait chez les Juifs diverses sectes ou scissions: celle des pharisiens (Actes 26:5), des sadducéens (Actes 5:17), des hérodiens (Mat:22:16), et des esséniens, quoique ces derniers ne sont pas mentionnés dans la Bible. Dans la période que la grâce coexistait avec la loi avant la destruction du temple en l'an 70, les premiers chrétiens furent eux-mêmes considérés par les juifs comme une secte judaïque (Actes 24:5; 24:14; 28:22), ce qui ne veut pas dire que le christianisme authentique est une secte mais qu'il fut considéré comme tel par ses ennemis. Dire que le christianisme authentique est une secte serait une contradiction totale et une méconnaissance de son essence réelle, attitude qui est commune parmi les réprouvés. Dans le contexte de la loi, le mot «secte» était interprété littéralement au niveau de la chair et cette notion fut souvent utilisée par les apôtres, car ils étaient des juifs qui vivaient au temps de la loi, étant éduqués dans tous ces principes, quoiqu'ils furent conduits et convertis à la grâce lorsque la Sainte Présence de Christ descendit sur eux à la Pentecôte (Ac. 2:1-4). À ce point, le mot «secte» prend une différente désignation plus précise et plus profonde, et fut interprété spirituellement par les apôtres pour décrire les ennemis de la croix qui cherchent à se justifier par leurs œuvres, particulièrement les œuvres de la volonté dans sa faculté de «choisir de croire» selon la définition du mot Grec «hairesis» ou «hérésie» qui est utilisé dans le Nouveau Testament. Un hérétique ou sectaire est donc celui qui détient la notion du libre-choix illusoire par rapport au sacrifice de la croix et la grâce du salut (voir: La doctrine du libre-arbitre). Plusieurs juifs mécontents de l'époque que l'apôtre Paul nomme des faux frères (2 Cor. 11:26), avaient formés des groupes schismatiques ou dissidents pour maintenir les principes de la loi et entravés la propagation du message de la grâce ou Évangile. Ces renégats ou séparatistes agissaient en vrais terroristes et s'attaquèrent à maintes reprises à l'apôtre Paul. Ils tentèrent de le discréditer et de dévaloriser son message aux yeux des peuples qu'ils soulevèrent, et même de le tuer. Cette attitude néfaste nous est très familière en nos temps modernes de la part des évangéliques qui ont déformés le message de la grâce avec la doctrine abominable du libre-choix illusoire. Au niveau charnel certains groupes sectaires hérésiarques prirent aussi naissance après la mort des apôtres et l'accomplissement des écrits du Nouveau Testament par l'apôtre Paul: Nazaréens, Ébionites, Montanistes, etc. La progression de l'hérésie s'accentua à travers les siècles et on vit paraître différents groupes sectaires infernaux, du catholicisme au protestantisme, du piétisme hypocrite aux libre-penseurs, du mysticisme au spiritisme, puis finalement le visage grotesque de la bête paru dans la naissance d'un faux peuple de Dieu, le mouvement Évangélique moderne, l'AntiChrist, qui sera détruit dans un feu flamboyant venant de Dieu (2 Thes. 1:6-9; 2:8; Apoc. 20:9).

 

MISES EN GARDE BIBLIQUES

Le Seigneur Jésus nous avait avertis en déclarant: «Prenez garde que personne ne vous séduise. Car plusieurs viendront en mon nom, disant: Je suis le Christ, et ils séduiront beaucoup de gens.» (Matt. 24:4,5). En d'autres mots, vers la fin des temps, période dans laquelle nous sommes présentement, plusieurs prétendront être chrétiens. Il s'agit ainsi des imposteurs qui enseignent un faux Christ et un faux évangile issue des délires de leur imagination maladive de débile pathologique, c'est à dire qui concerne des troubles, des dérèglements de conscience d'origine psychique, qui s'écarte de la normalité de la révélation biblique qu'ils déforment à leur guise pour s'ériger sur le dos des faibles et des crédules. En cela les baptistes portent la couronne, suivies de toute la vermine insalubre des sectes dites chrétiennes. Une des pires hérésies que nous avons vu provient du groupe sectaire pernicieux Vigi-Sectes qui déclare subtilement et sans aucune honte: «On entend souvent affirmer que toutes les religions sont bonnes, pourvu que l’adepte soit sincère. Cette affirmation conduit au syncrétisme. C’est la doctrine qui, en dégageant des divers mouvements religieux ce qu’ils ont de commun, essaie de concilier les différentes communautés chrétiennes ou autres, dans le but de tranquilliser les consciences et de satisfaire une soif latente d’unité. Mais, si toutes les religions étaient bonnes, la venue du Christ, le Fils du Dieu vivant, aurait été inutile. Et les nombreux avertissements bibliques, dont plusieurs de la bouche même de Jésus-Christ, seraient vides de signification...»

 

Une telle insanité astucieuse, imaginative et tortueuse de la part de prétendus chrétiens qui se donne comme mission de combattre contres les sectes, n'est pas tolérable. Vrai que le syncrétisme présente un problème sérieux, mais ces réprouvés ne réalisent pas qu'ils sont eux-mêmes impliqués directement dans ce sujet qu'ils condamnent. Comme on entend souvent dire: «Si tu ne fais pas partie de la solution, tu fais partie du problème» et Vigi-Sectes n'est pas la résolution à l'équation, ce groupe de réprouvés est plutôt l'embarras et l'obstruction à la révélation du sujet. La venue de Christ n'a aucun rapport avec les religions considérées bonnes ou mauvaises. Christ est venue en ce monde de ténèbres pour racheter ses élus de la malédiction de la loi en s'offrant Lui-même en sacrifice sur la croix en leur faveur, indépendamment des religions. La fausse doctrine diabolique de Vigi-Sectes est une tromperie dangereuse, un attrape-nigaud qui jette du sable dans les yeux de personnes crédules afin de les aveugler à la vérité. Ce groupe est clairement antichrist, charnel et mondain. Vigi-Sectes est définitivement, sans l'ombre d'aucun doute, un groupe insolent, orgueilleux et pédant composé de prétentieux, d'hypocrites et d'imposteurs. Affirmer que «la venue de Christ aurait été inutile... si toutes les religions étaient bonnes» est une abomination infernale qui doit être condamnée au plus haut degré. Jamais n'avons-nous vu une telle perversion de la vérité. Tous les groupes ou associations anti-sectes sont coulés dans le même moule, tous sont des disciples du libre-choix, tous sont des faux chrétiens, tous sont des réprouvés désignés à la perdition éternelle. Tel est le lot du christianisme contrefait moderne avec tous ses schismes et déviations doctrinales qui déforment la vérité révélée dans les Saintes-Écritures.

 

La Bible, en fait, nous met en garde contre toute déviation doctrinale par rapport à la vérité et nous demande de demeurer vigilants en face de la «fausse doctrine ou fausse science» des hérétiques (1 Tim. 6:20), des «sectes ou hérésies pernicieuses» du libre-choix (2 Pierre 2:1), quelle nomme aussi des «doctrines de démons» ou enseignements qui occasionnent des dérèglements de conscience.(1 Tim. 4:1). Ses avertissements sont bien éloignés de tout syncrétisme, il n'y a aucun mélange dans sa révélation de la vérité comme nous trouvons dans les sectes évangéliques modernes à prétentions chrétiennes et bibliques. Tout dépend de Dieu dans le salut, rien ne dépend de l'homme, aucun n'a la puissance de choisir de croire, la foi ou assurance de la grâce du salut est imposée, elle lui est donnée au moment même qu'il a les yeux fixés sur la croix. La foi qu'il reçoit est celle de Christ, elle lui est imputée, c'est à dire attribuée comme si elle serait la sienne. Elle n'est pas la fourberie d'une décision personnelle de la nature humaine déchue, car la foi de l'homme naturel n'est que présomption, elle provient de son cœur tortueux et de ses aspirations trompeuses. Il est donc nécessaire que la foi réelle de Christ soit imprégner dans celui ou celle qui est entraîné à la croix afin qu'il obtienne l'assurance de son salut. Donner l'impression aux pécheurs qu'ils peuvent venir à Christ lorsqu'ils sont d'accord pour accepter Christ comme leur Sauveur personnel, est une duperie de la pire espèce qui les séduit et les soutient dans une fausse voie de salut. Ceci est une déviation extrêmement sérieuse par rapport à la vérité, car des millions de gens pensent qu'ils sont chrétiens lorsqu'ils ne le sont aucunement. Il faut être rappelé constamment «des saines instructions» (2 Tim. 1:13) que le Saint-Esprit nous enseigne, et non des «discours qu'enseigne la sagesse humaine» (1 Cor. 2:13).

 

ATTITUDE FACE AUX HÉRÉTIQUES

Le mot «secte» comme nous l'avons démontré signifie littéralement dans le contexte biblique «choisir» dans le sens de faire un choix ou de prendre une décision personnelle. Spécifions qu'il ne s'agit pas ici de faire des choix comme nous le faisons à chaque instant dans la vie de tous les jours. Les réprimandes des apôtres sur ce sujet nous indiquent qu'il s'agit ici d'un aspect négatif de présomption et de prétention qui se rapporte à la faculté de choisir acclamée par les ennemis de la croix qui contrarie et contredit le message de la grâce souveraine. Puisque la grâce implique par nécessité le sacrifice, le renoncement, la résignation et l'abaissement ou humilité; son contraire implique le contentement, l'égoïsme, la réclamation, l'exaltation, l'infatuation et l'ambition. Rien ne s'oppose mieux à la grâce que le choix de croire qui élève l'homme à la stature de la divinité, l'ambition suprême des réprouvés ou exclus de la grâce. Nous faisons face ici à la doctrine illusoire du libre-choix, nommée aussi «choix de croire», principe contraire à l'humilité qui engendre la présomption. Or la présomption est une opinion fondée seulement sur des indices, des apparences, des sentiments, des commencements de preuves. Il s'agit en effet d'une opinion très favorable que l'on a de ses propres facultés physiques ou intellectuelles, c'est à dire d'avoir une grande confiance en soi. Une telle attitude est encouragée dans le monde, elle est approuvée par tous ceux qui ont de l'ambition pour réussir dans la vie. Mais cette notion a été transférée dans le christianisme contrefait moderne dans le principe de conversion pour donner une opinion favorable à la doctrine du libre-choix, afin d'exalter la dignité humaine et louer ses efforts ou ses œuvres pour qu'elle maintienne son indépendance devant le sacrifice de la croix qui demande notre démission. De cette façon l'homme pécheur demeure maître de son destin, il ne fait aucune concession à Christ et se fait maître de son salut et même de sa perdition. Il n'est donc pas étrange qu'il désire contribuer à son salut par son obéissance aux commandements, sa persévérance, ses œuvres ou ses efforts afin d'en retirer quelque gloire. Sur ce principe sinistre et pernicieux est élaborée la doctrine du salut chez les sectes évangéliques qui ont adaptés des notion mondaine dans leur théologie prétendument biblique. Mais la Parole de Dieu, notre Admirable Esprit des vivants, déclare à ces hypocrites: «Adultères que vous êtes! ne savez-vous pas que l'amour du monde est inimitié contre Dieu? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu.» (Jac. 4:4). Ces paroles du Seigneur Jésus sont certaines et véritables: «Nul ne peut servir deux maîtres; car, ou il haïra l'un, et aimera l'autre; ou il s'attachera à l'un, et méprisera l'autre...» (Mat. 6:24). En d'autres mots, on ne peut demeurer maître de notre destin en reconnaissant le Seigneur Jésus comme le Maître suprême et absolu de notre salut. Soit qu'on s'attache à Christ ou qu'on le méprise en demeurant maître de notre destin par notre choix de croire. Le cas est sérieux car le choix du salut appartient à Dieu seul, et l'homme ne peut rien y contribuer, il n'a pas la capacité de croire en la grâce du salut car elle est un don de Dieu dans le sacrifie de la croix (Éph. 2:8,9): «Car par grâce vous êtes sauvés en raison de cette assurance de Christ; et cela est l'offrande de L’ESPRIT DES VIVANTS et donc pas de vous même. Ce n'est point par vos actions, afin que personne ne s'en vante» (Bible de Machaira 2016). La foi ou plus précisément l'assurance de Christ dans l'accomplissement de son sacrifice en notre faveur, est la grâce du salut elle-même qui nous est accordé gratuitement dans les mérites de son renoncement pour le rachat de ses élus qu'il a choisi en Lui-même de toute éternité. Et tous les élus et tous les anges s'écrient: Amen. Oh Roi éternel, notre Admirable Esprit des vivants, tu nous a rachetés d'entre tous les hommes et nous règnerons avec toi éternellement. A toi seul soit la gloire, maintenant et dans tous les siècles. Amen.

 

La Parole de Dieu, notre Admirable Esprit des vivants, condamne sans ménagement, en termes sévères, ceux qui maintiennent «la doctrine du choix de croire» et ceux qui l'enseignent comme si elle provenait de Lui et serait la vérité même nécessaire au salut: «Quiconque est transgresseur et ne demeure pas dans la doctrine de Christ, n'a point L’ESPRIT DES VIVANTS. (2 Jn. 9); Je m'étonne que vous abandonniez si rapidement celui qui vous avait appelés à la grâce de Christ, pour passer à un autre message de la grâce. Non qu'il y en ait un autre, mais il y a certains imposteurs qui vous contrarient, et qui veulent renverser le message de la grâce de Christ. Mais quand nous-mêmes, ou un ange du ciel vous annoncerait un message de la grâce différent de celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit maudit! (Gal. 1:6-8); Mais je crains que, comme le serpent séduisit Ève par sa ruse, vos pensées ne se corrompent aussi de la simplicité qui est en Christ. Car, s'il venait quelqu'un qui vous annoncerait un autre Jésus que celui que nous vous avons annoncé, ou un autre esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre message de la grâce que celui que vous avez embrassé, vous le supporteriez fort bien. (2Cor. 11:3,4); Car, il s'est glissé secrètement et par négligence parmi vous, un certain genre d'hommes, qui étaient auparavant et de toute éternité, désignés par écrit à être condamnés; des imposteurs impies, qui transforment la grâce de notre ESPRIT DES VIVANTS en sujet d'insolence, et qui renient le seul Souverain, JÉSUS Le MESSIE, notre ESPRIT DES VIVANTS ADMIRABLE. (Jd. 4); Or, comme il y a eu de faux prophètes parmi le peuple, il y aura aussi parmi vous de faux docteurs, qui introduiront secrètement des hérésies (libre choix) de perdition sur le rachat absolu de L’ADMIRABLE, et qui, le reniant, attireront sur eux-mêmes une ruine empressée. (2 Pi. 2:1)»

 

Certains se posent la question voir si la foi des sectaires serait inutile? Évidemment qu'elle n'est aucunement utile puisqu'ils n'ont pas la foi ou assurance de Christ, ils en ont seulement qu'une contrefaçon qui se nomme de la présomption. Pour les pseudos-chrétiens ou réprouvés, la foi est soit une faculté intellectuelle, une croyance à tendance presque magique, ou un sentiment de conviction ou de bien-être. Mais la foi réelle est celle de Christ, il s'agit de sa foi, de son assurance, et non de la nôtre et il la donne à ses élus seulement dans les mérites se son sacrifie sur la croix qui nous sont attribués gratuitement par la puissance de son Esprit qui vient habiter en nous. En effet, toutes les associations ecclésiales, les églises traditionnelles comme évangéliques et dissidentes, et les groupes de réprouvés anti-sectes, demandent une adhésion à leur confession de foi ou charte doctrinale, et demandent aussi à leurs adeptes de croire en leur credo ou en leur église ou communauté. Mais la foi réelle de Jésus-Christ est une entière confiance qui vient de Lui, non une adhésion à un quelconque système doctrinal ecclésiastique. On nous dit que «la foi qui sauve n’est pas approbation d’une doctrine, mais communion avec Christ». Cette notion artificieuse est trompeuse car le mot «doctrine» signifie «enseignement» et celui ou celle qui n'approuve pas l'enseignement de la Bible sur la grâce souveraine du salut n'a aucune communion avec Christ et ne peut être sauvé.

 

NE PAS AJOUTER FOI À TOUT ESPRIT

Puisque ceux qui s'imaginent avoir le choix de croire ont été endoctrinés dans la voie pernicieuse d'une contrefaçon de la grâce du salut, il est évident qu'il faut se méfier d'eux et préférablement n'avoir aucune relations avec de tels gens car ils sont des ennemis de la croix de Christ. Ces gens ont été fortement influencés et contaminés par des «doctrines de démons», leur conscience a été entortillée et tordue puis rendue captive des principes d'une contrefaçon de la vérité. Ils sont tellement embrouillés et emberlificotés que pour eux la contrefaçon est la vérité et la vérité est une falsification. Infatués de prétentions et de revendications, ils sont plein d'admiration pour la valeur qu'ils attribuent à leurs opinions et leurs interprétations particulières des Saintes-Écritures. Maintenant, par «doctrines de démons», il ne faut pas comprendre par cela d'enseignements qui proviennent d'anges déchus mythiques, d'esprits méchants ou entités chimériques qui sont que de pures abstractions ou personnifications que les gens crédules et superstitieux considèrent comme réelles dans leurs imaginations chétives et dérisoires (voir: Imposture sur le diable et les démons). Il s'agit plutôt d'enseignements qui proviennent d'une conscience déréglée qui entretient des perceptions fourvoyées de la vérité et qui en donne que des approximations subtiles et trompeuses qui pourraient séduire les élus, si cela serait possible (Mat. 24:24; Mc. 13:22). Un démon est nul autre qu'une attitude ou disposition contraire et hostile à la vérité et à l'autorité de la Parole de Dieu. En d'autres mots, les démons sont les caractéristiques de l'esprit charnel issues de la nature humaine déchue et déstabilisée par le péché dans les délires de ses perceptions tordues de la réalité et de la vérité. Or l'apôtre Paul nous interdit d'avoir une communion ou relation avec des démons, c'est à dire avec des gens d'une conscience déréglée, des disciples du libre-choix qui s'imaginent êtres chrétiens, comme nous voyons dans la Bible Machaira 2016: «ce que les Gentils sacrifient, ils le sacrifient à des dérèglements de conscience, et non à L’ESPRIT DES VIVANTS. Or, je ne veux pas que vous ayez communion avec une conscience déréglée. Vous ne pouvez recevoir le rafraîchissement de L’ADMIRABLE, et le rafraîchissement d'une conscience déréglée; vous ne pouvez participer à l'approvisionnement de L’ADMIRABLE, et à l'approvisionnement d'une conscience déréglée.» (1 Cor. 10:20,21; «Rejette l'homme qui se dit capable de choisir de croire, après l'avoir averti une première et une seconde fois; Sachant qu'un tel homme est subversif, et qu'il pèche, en se condamnant lui-même.» (Tite 3:10,11).

 

La Bible nous demande de demeurer dans la «saine doctrine» (2 Tim. 4:3), mais encore faut-il savoir c'est quoi exactement la saine doctrine. Spécifions que «la saine doctrine» ne se trouve nul part dans les sectes et églises dites chrétiennes, traditionnelles ou évangéliques, elles en détiennent seulement une contrefaçon. Plusieurs professent la proclamer, mais leur proclamation n'est que duplicité et approximations subtiles et raffinées de conjectures sophistiquées qui font dire à la Bible ce qu'elle ne dit pas. Mais «nous ne falsifions point la Parole de L’ESPRIT DES VIVANTS, comme beaucoup le font.» (2 Cor. 2:17). Or par «saine doctrine» il s'agit d'un enseignement équilibré et salutaire qui ne contient aucune altération ni contamination de la vérité révélée dans les Saintes-Écritures. Cet enseignement de nature divine est transmis aux élus seulement par la Sainte Présence de Christ en eux (1 Jn. 2:20,27). Les imposteurs ou pseudo-chrétiens en obtiennent seulement quelques notions superficielles qui les portent inévitablement à la présomption et la contrefaçon, ils ne peuvent faire autrement que de croire au mensonge de leurs fraudes spirituelles qu'ils prennent pour la vérité même. En fait la Parole de Dieu nous dit: «Car il est écrit: Je détruirai la sagesse des experts et j'anéantirai le raisonnement des prévoyants. Où est le sage? Où est le scribe? Où est le sophiste de ce siècle? L’ESPRIT DES VIVANTS n'a-t-il pas rendu folle la sagesse de cette disposition... Considérez, frères, que parmi vous, qui avez été appelés, il n'y a pas beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais L’ESPRIT DES VIVANTS a choisi les choses folles de cette disposition pour déshonorer les sages, et L’ESPRIT DES VIVANTS a choisi les choses faibles de cette disposition pour déshonorer les fortes, Et L’ESPRIT DES VIVANTS a choisi les choses viles de cette disposition et celles qui sont rejetées, même celles qui ne sont point, pour anéantir celles qui sont.» (1 Cor. 1:19,20,26-28); «Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l'œil n'avait point vues, que l'oreille n'avait point entendues, et qui n'étaient point montées au cœur du caractère de l'homme, que L’ESPRIT DES VIVANTS avait préparées pour ceux qui lui sont résignés. Mais L’ESPRIT DES VIVANTS nous les a révélées par sa Sainte Présence; car la Sainte Présence sonde toutes choses, même les profondeurs de L’ESPRIT DES VIVANTS. Car qui est-ce qui connaît ce qui est en l'homme, si ce n'est l'esprit de l'homme qui est en lui? De même aussi, personne ne connaît ce qui est en L’ESPRIT DES VIVANTS, si ce n'est la Sainte Présence de L’ESPRIT DES VIVANTS. Pour nous, nous n'avons pas reçu le raisonnement de cette disposition charnelle, mais la Sainte Présence qui vient de L’ESPRIT DES VIVANTS, pour connaître les choses qui nous ont été gratuitement données de L’ESPRIT DES VIVANTS; Et nous les annonçons, non avec les discours qu'enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu'enseigne la Sainte Présence, comparant les choses spirituelles aux spirituels.» (1 Cor. 2:9-13).

 

Nous ne devons donc ajouter foi à tout esprit (1 Jn. 4:1), il nous faut même examiner si nous sommes dans la vraie foi. Car selon un Proverbe: «telle voie paraît droite à un homme, mais son issue, c’est la voie de la mort» (Prov. 14:12). La Bible nous demande en surcroît «d'éprouver les esprits» (1 Jn. 4:1), mais qu'est-ce que cela signifie aux yeux de plusieurs dans le christianisme contrefait moderne? Pour un grand nombre de personnes, un esprit est une entité incorporelle, un genre de fantôme si vous voulez, une présence surnaturelle qui est soit celle d'un trépassé ou d'un démon quelconque. Comment donc éprouver un tel esprit, faut-il faire appel à des chasseurs de fantômes professionnels, à des Ghost Busters évangéliques qui détiendraient l'expertise requise dans ce domaine mystérieux? Une personne qui chasse des démons chimériques ferait peut-être aussi l'affaire, vous pourriez alors vous amusez en assistant au spectacle hystérique de ces forcenés qui ne peuvent même pas chasser une puce «du chien qui est retourné à son vomi» (2 Pi. 2:22). Mais un peu de sérieux. La majorité des gens qui se disent chrétiens ont une méchante compréhension du mot «esprit». Ce mot est un mystère irrésolu dans la pensée de plusieurs et des multitudes innombrables le déforment pour lui donner un sens indistinct et confus. Plusieurs seront surpris du fait que le mot «esprit» implique par nécessité l'intelligence ou faculté de raisonner, c'est à dire «la réflexion», et cela est la signification du mot dans le contexte du passage que nous regardons. L'exhortation de l'apôtre Jean «d'éprouver les esprits» signifie littéralement «d'examiner les raisonnements ou réflexions» des gens qui se disent chrétiens, d'analyser à fond leurs pensées et leurs intentions, leurs opinions et leurs doctrines, ainsi que les messages supposément bibliques qu'ils proclament. Une telle disposition demande de la connaissance et du discernement. Les gens ont besoin de comprendre que de telles capacités ne proviennent pas de la nature humaine déchue, ni de sa volonté qui est esclave de la chair et du péché, mais de l'Esprit de Dieu Lui-même qui habite le cœur de ses élus. En fait l'apôtre Paul nous dit: «Car ceux qui sont selon la chair, comprennent les choses de la chair; mais ceux selon l'Esprit, comprennent les choses de l'Esprit. Car être charnel dans son raisonnement c'est la mort; mais être spirituel dans son raisonnement c'est la vie et la paix. Car le raisonnement charnel est hostile contre L’ESPRIT DES VIVANTS; car il ne se soumet pas à la loi de L’ESPRIT DES VIVANTS; et en effet, il ne le peut. Or, ceux qui sont par la chair, ne peuvent plaire à L’ESPRIT DES VIVANTS. Pour vous, vous n'êtes point par la chair, mais par l'Esprit, s'il est vrai que la Sainte Présence de L’ESPRIT DES VIVANTS habite en vous. Or, si quelqu'un n'a point l'Esprit de Christ, celui-là n'est point à Lui.» (Rom. 8:5-9). Or tous ceux qui se disent chrétiens ont-ils l'Esprit de Christ? Évidemment que non, la grande majorité en ont qu'une contrefaçon charnelle issue de leur imagination mondaine, c'est à dire «un faux esprit» (2 Cor. 11:4). En général il s'agit ici d'une programmation psychologique, c'est à dire «l'ensemble des techniques et des méthodes visant à modifier la manière de penser, de réagir» que les crédules subissent de la part de leurs pasteurs qui les endoctrinent dans les principes de leurs sectes particulières. L'influence des autres membres de la secte y joue aussi un rôle prépondérant qu'il ne faut pas négliger.

 

Tous les prétendus chrétiens sont conditionnés pour penser qu'ils appartiennent à la véritable Église de Jésus-Christ, et qualifient les autres groupements religieux de la chrétienté de secte et d’hérésie. Il s'agit en réalité de sectes qui accusent les autres sectes d'être des sectes afin de se distinguer des autres dans une folle tentative de se faire passer comme des chrétiens authentiques aux yeux des imbéciles, des cruches, des zigotos et des tarés. Il ne faut jamais oublier que la présomption et la prétention sont les armes préférées des hérétiques ou disciples du libre-choix et, compte rendu à leur programmation ou endoctrinement, ils savent très bien comment s'en servir. C’est pourquoi la Bible demande à tous de faire un examen approfondi de la foi qui leur a été transmise, car un très grand nombre détiennent une fausse foi, une contrefaçon de la véritable issue de la nature humaine déchue. Cela n'est pas surprenant puisque l'homme se veut maître de son destin et se réclame la dignité à tout prix. Dans le christianisme contrefait moderne, la foi est généralement conçue comme étant une faculté intellectuelle ou un sentiment de bien-être et de conviction personnelle qui donne de la validité à leur présomption. Mais la vraie foi est une assurance inébranlable (Héb. 11:1), une certitude constante et immuable, elle est uniquement l'apanage de Christ pour l'accomplissement de son ministère de rédemption en faveur de ses élus, et il la leur transmet dans les mérites de son sacrifice sur la croix en venant habiter en eux par l'Esprit de sa Sainte Présence. En d'autres mots, les élus seulement reçoivent la foi de Christ afin d'être assurés de leur salut au prix du sang de Dieu versé sur la croix (Ac. 20:28). Cette assurance inébranlable est l'héritage des élus, ils la possèdent comme une ancre sûre et ferme (Héb. 6:19) qui garantie leur entré dans le royaume éternel du Dieu Vivant. Ainsi nous dit la Parole de Dieu: «Examinez-vous vous-mêmes, pour voir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes; ne reconnaissez-vous point vous-mêmes que Jésus-Christ est en vous? à moins que, peut-être, vous ne soyez réprouvés.» (2 Cor. 13:5).

 

COMMENT RECONNAÎTRE LES SECTES

Les sectes c'est pas d'aujourd'hui, notre génération de dépravés ne les a pas inventée, en fait la plus vieille remonte au début des temps. La race humaine est elle-même une secte, la plus grande en existence, du fait qu'elle s'est séparée de Dieu de son propre choix afin d'établir son indépendance et la maîtrise de son destin. Et le seul moyen d'en sortir est par la mort, c'est à dire par la mort de Christ, le Messie promit pour les enfants de la promesse (Gen. 3:15), les élus en Christ depuis avant la fondation du monde (1 Pi. 1:18-21; Rom. 8:29,30; Éph. 1:4,11), afin qu'ils puissent renaître à une nouvelle vie (Ézk. 36:25-27; 37:1-10; Jn. 3:3-6).

 

Concernant les sectes dites chrétiennes, le Seigneur Jésus lui-même nous en avait donné l'avertissement: «Car de faux oints et de faux prédicateurs s'élèveront et feront de grands signes et des prodiges, pour séduire les élus mêmes, s'il était possible. Voilà, je vous l'ai prédit.» (Mat. 24:24,25). Dans ces passages, le mot «élever» ou «egeiro» en Grec, dont la signification est de «paraître», de «s'ériger», porte le sens de «dominer» de «s'imposer». En d'autres mots, l'avertissement du Seigneur Jésus se rapporte à des faux chrétiens, des imposteurs qui cherchent à dominer sur la foi des gens en leur imposant des principes ou doctrines subtiles et raffinées qui valorisent «le choix de croire», et qui renchérissent la dignité de la nature humaine déchue qui est esclave de la chair et du péché. Il importe maintenant d'établir avec certitude la définition réelle d'une secte dite chrétienne afin que les gens puissent les reconnaître. Une secte dite chrétienne est un groupe de prétentieux qui détiennent la notion du «choix de croire», valorisant ainsi les efforts de la nature humaine déchue, notion qui provient de la doctrine du libre-choix de l'arminianisme et qui s'oppose à la souveraineté absolue du Dieu Vivant et Tout-Puissant. Cette définition s'applique autant à un groupe qu'à un individuel. Ceci est le discernement pour reconnaître qui sont les faux chrétiens.

 

Il n’est pas possible pour ceux qui se disent chrétien de reconnaître les sectes dites chrétiennes, puisqu'ils en font partie eux-mêmes, autrement ils se condamneraient et s'exposeraient comme étant des faux chrétiens, ce qu'ils veulent éviter à tout prix. Le sectaire c'est peut être ce voisin affable qui vous grogne secrètement, ce collègue de travail sympathique qui vous trahira pour une hausse de salaire s'il en a l'opportunité, le brave commerçant du coin qui profite de vous en haussant ses prix, votre conjoint aimable qui vous manque de respect, le pasteur honnête de votre église qui vous manipule comme une brebis aveugle, le gentil policier qui veut vous assommer à coups de matraque, le politicien charmant qui veut vous dérober de vos derniers sous, etc. C’est une personne qui donne l'impression d'être droite et sincère, mais qui est égarée dans un faux système dont la présomption est la caractéristique principale, et qu’elle prend pour la Vérité. Elle ne porte aucun signe particulier qui permette de l’identifier d’emblée, si ce n'est qu'elle soutient la notion du «choix de croire» et la dignité de l'homme dans ses efforts de plaire à Dieu.

 

Le but des sectes dites chrétiennes c’est l’asservissement de l’homme et non son salut, tout en prétendant le contraire. Par des techniques ingénieuses de manipulations psychologiques, elles exercent des pressions tortueuses sur les cancres et les crédules afin qu'ils deviennent dépendants de leurs principes sectaires, ce qui a pour résultat de remplir les coffres de la secte et surtout les poches des pasteurs avides d'argent et de renommée. Or l'apôtre Paul nous dit: «Tenez-vous donc fermes dans la liberté, dont Christ vous a rendus libres, et ne vous remettez pas de nouveau sous la dépendance de l'esclavage...» (Gal. 5:1; voir aussi Gal. 2:4 et Col. 2:8). Or les sectes imposent à leurs adeptes des servitudes et des principes que ne connaissaient pas les premiers chrétiens; au lieu d’être «affranchis par Christ» (Jn. 8:36), l’adepte demeure assujetti à sa secte. Vous en êtes peut-être pas conscient, mais toutes les églises, les dénominations, et même les groupes ou associations anti-sectes utilisent de telles méthodes de programmation sectaire.

 

A leur tête, il n’y a plus Jésus-Christ (Eph. 1:22; 4:15; 5:23; Col. 1:18), mais un homme, généralement un pasteur ou un dirigeant spirituel quelconque, ou encore un groupe d’hommes qui prétendent avoir reçu la mission de transmettre à l’humanité des vérités religieuses nouvelles ou avoir reçu exclusivement l’interprétation de certains passages de la Bible. Ce phénomène est surtout criant en Afrique et partout où il y a des assemblées de nègres, car cette race, qui est sous la malédiction de Dieu pour tous les temps (Gen. 9:25), est plus susceptible que les autres à de tels dérèglements. Néanmoins cette perversion spirituelle se retrouve partout sur la terre puisque tous, sans exception, sont sous la malédiction du péché. Or la Bible même nous met en garde: «Ne vous confiez pas dans les grands, ni dans aucun fils d'homme, qui ne saurait délivrer. Son souffle s'en va, il retourne à sa terre, et en ce jour-là ses desseins périssent.» (Psm. 146:3,4); «Ainsi a dit L’ADMIRABLE: Maudit est l'homme qui se confie en l'homme, et qui de la chair fait sa puissance, et dont le cœur se retire ainsi de L’ADMIRABLE!K (Jér. 17:5). Et le Seigneur Jésus dit expressément: «Et ne vous faites point appeler dirigeant; car vous n'avez qu'un seul Dirigeant, le Messie.» (Mat. 23:10). Et pourtant les sectes dites chrétiennes affirment que leur autorité est la plus sûre et la plus raisonnable. Elles introduisent, en outre, de nouveaux médiateurs – soi-disant investis de compétences académiques, d'autorité ecclésiale, ou de pouvoirs particuliers – alors que l’Écriture nous dit qu’il y a «Car il y a un seul ESPRIT DES VIVANTS, même un seul Médiateur entre L’ESPRIT DES VIVANTS et les hommes, Jésus-Christ, l'homme distingué, qui s'est donné lui-même en rançon pour chacun des élus; c'est là le témoignage rendu en son propre temps.» (1 Tim. 2:5, 6). Sans aucun doute les églises et dénominations particulières transmettent par la bouche d’hommes réprouvés et hérétiques, des révélations, des interprétations et des prescriptions nouvelles qui ne figurent pas implicitement dans la Bible. Mais la plupart du temps il s'agit de vérités scripturaires déformées pour convenir à leurs principes. Elles ont ainsi instaurée d’autres médiateurs que Jésus-Christ entre Dieu et les hommes, et cela est évident, tellement que ça crève les yeux.

 

LES FRUITS DES SECTES DITES CHRÉTIENNES

Une pratique courante dans le christianisme moderne que nous retrouvons surtout chez les Évangéliques est, selon leur dire, de regarder aux fruits d'une personne pour déterminer si elle est chrétienne ou non. Pour ces gens cela signifie de porter une évaluation sur une personne d'après sa conduite, ses agissements, sa manière de s'exprimer, ses habitudes, la façon de se vêtir et de manger, qui tous seraient des conséquences révélatrices de son cœur. Selon eux ces choses constitueraient des évidences irréfutables pour porter un jugement équitable. Ils déclarent que les chrétiens doivent êtres des modèles pour le monde, que le comportement est nôtre témoignage et que si nous avons un comportement complètement dilué comment pourrions-nous donner le désir à quelqu'un de découvrir Christ ou la Bible. Pour les Évangéliques et tous ceux qui ont adopter leur doctrine de «reconnaître un arbre à ses fruits», le fait d'aimer le Seigneur et de demeurer dans son amour ne se borne pas seulement à une exaltation sentimentale, mais implique surtout l'obéissance à ses commandements, car Jésus dit: «Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme j'ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour» (Jn. 15:10). Pour ces imposteurs prétentieux cela signifie qu'il faut observer les 10 commandements de la loi de Moïse, lorsqu'il est clairement démontré dans le Nouveau Testament, surtout par l'apôtre Paul, que cela est une chose impossible. La loi a été donnée pour manifester le péché et pour conduire à Christ afin d'être délivré de sa condamnation. Nous ne sommes plus sous la loi mais sous la grâce, et cela ils ne peuvent le saisir puisqu'ils marchent dans un esprit de duplicité. Il est évident pour eux, selon leur interprétation de porter du fruit, que c'est l'obéissance ici qui entre en jeux. Plaire au Maître dans notre démarche de tous les jours, lui obéir en toutes choses, le suivre sans broncher, voilà le fruit qu'ils ont désigné comme règle à suivre pour tous les vrais chrétiens, le prétendu stimulant d’une vie chrétienne. C’est l'obéissance qui serait leur raison de vivre et qu'ils imposent à tous, et sur laquelle ils bâtissent leur maison spirituelle qu'ils croient à l'épreuve de la tempête.

 

Ce que nous avons vu plus haut peut sembler logique à plusieurs, surtout à des chrétiens nominaux. Toutefois la conception de la doctrine moderne de «reconnaître un arbre à ses fruits» telle qu'elle y est décrite est complètement anti-scripturaire et antichrétienne. Sans aucun doute cette doctrine est arminienne, c'est à dire un enseignement des disciples du libre choix qui valorise les efforts de la dignité humaine, lorsque la nature de l'homme est esclave de la chair et du péché. Elle enseigne clairement qu'il est permit à un chrétien de juger selon les apparences, lorsque la Parole de Dieu affirme le contraire: «Ne jugez point selon l'apparence, mais jugez selon la justice (Jn. 7:24); Car Dieu n'a point égard à l'apparence des personnes (Rom. 2:11); Ce sont des gens qui murmurent, qui se plaignent toujours, qui marchent suivant leurs convoitises, dont la bouche profère des paroles d'orgueil, et qui, par intérêt, admirent les personnes d'apparence (Jd. 16).» Selon la Parole de Dieu, juger ou admirer les gens selon l'apparence est l'équivalent de faire «acception de personne», car pour évaluer l'apparence ou la conduite d'une personne, ses habitudes, sa façon de se vêtir ou de manger, cela signifie qu'on la compare avec une autre que l'on juge meilleure et qui généralement est soi-même. Cela est ce qui se nomme du pharisianisme moderne ou du légalisme. Une telle attitude conduit inévitablement à la médisance et à la condamnation, et cela n'est pas de Dieu, elle fait de celui qui juge selon les apparences une personne qui juge la loi: «Celui qui médit d'un frère, et qui condamne son frère, médit de la loi, et juge la loi. Or, si tu juges la loi, tu n'es point observateur, mais juge de la loi. Il y a un seul Législateur, qui peut sauver et perdre. Toi, qui es-tu, qui juges les autres? (Jac. 4:11,12)»; Tiendrez-vous des discours injustes en faveur de Dieu? Et, pour le défendre, direz-vous des mensonges? Ferez-vous acception de personnes en sa faveur? Prétendrez-vous plaider pour Dieu? (Jb. 13:7,8); Mes frères, que la foi que vous avez en notre Seigneur Jésus-Christ glorifié, soit exempte d'acception de personnes (Jac. 2:1); Si vous accomplissez la loi royale, selon l'Écriture: Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien; Mais si vous faites acception de personnes, vous commettez un péché, étant convaincus par la loi d'être des transgresseurs (Jac. 2:8,9).

 

Or la preuve que la doctrine moderne de «reconnaître un arbre à ses fruits» est une fausse interprétation des Écritures, une doctrine erronée qui déforme la vérité même et qui en séduit un grand nombre, réside dans le contexte immédiat des versets bibliques utilisés pour l'ériger. La chose est tellement évidente qu'il est surprenant de voir que ces maudits hypocrites arrivent à des fausses conclusions avec des textes si clair que cela. Un chrétien réel n'a aucun besoin de degré et de maîtrise en théologie pour en connaître la vérité, car le texte parle par lui-même et ne demande aucune interprétation, un enfant même pourrait le comprendre. Les versets généralement utilisés pour construire cette doctrine, comme nous voyons dans Mat. 7:15-22 et tous les passages similaires qui s'y rapportent, concernent les fruits de la justice par rapport aux fruits des faux prophètes, et les fruits des faux prophètes sont les doctrines qu'ils proclament, les principes tortueux qu'ils détiennent et qui déforment la vérité. Ces passages n'ont absolument aucun rapport avec l'apparence, la conduite ou les habitudes d'une personne qui se dit chrétienne. Puisque les sectes évangéliques aiment juger les fruits des autres sans se regarder dans le miroir, il importe donc pour nous d'exposer les fruits pourris de ces imposteurs prétentieux. Mentionnons qu'ils sont tellement nombreux que nous ne pouvons tous les énumérés ici, toutefois vous en obtiendrez une bonne idée.

 

Le but des sectes dites chrétiennes, nous le savons, est la domination de la foi, mais aussi des consciences, afin de se faire une réputation pour s'enrichir sur le dos des crédules qui sont leurs victimes. On peut donc s'imaginer facilement les fruits qu'elles produisent. Déjà nous en avons vu plusieurs, toutefois nous chercherons à élaborer davantage les turpitudes de ce sujet scandaleux.

 

La manipulation: La manipulation est l'élément principal qui déclenche la motivation et pousse les gens crédules dans la direction qu'on désire pour atteindre un but qu'on s'est proposé. En d'autres mots, manipuler c’est introduire l’intention de modifier, de transformer une manière de pensée ou une façon d'agir en utilisant les émotions, ainsi que des exemples concrets ou fictifs, ou des livres et des textes dont on peut altérer le sens avec des conjectures sophistiquées dans une formulation programmée pour obtenir quelque chose qui réponde à nos désirs et nos objectifs. La technique de manipulation dans ses différentes applications, implique deux éléments essentiels pour réussir ses buts proposés: 1) les motivations qui la justifient et, 2) l’échelle à laquelle elle se situe, c'est à dire à quel niveau du vivant la manipulation est effectuée pour obtenir les résultats voulus. Nous voyons de telles techniques de manipulation dans le système d'invitation dans lequel les gens sont motivés par des pasteurs à venir en avant pour accepter Christ comme leur Sauveur personnel sur la base du «choix de croire». Il s'agit ici du système par lequel on fait des faux chrétiens qui s'illusionnent avoir reçu Christ comme leur Sauveur personnel et d'être à son service. Le système d'invitation publique qui engage le libre choix ou «choix de croire», est une manipulation psychologique qui exerce une pression sur la volonté, influence les émotions, et pousse les personnes non-régénérées à se rectifier devant Dieu par leurs propres efforts; ce qui est nul autre que le salut par les œuvres ou salut par le choix de croire qui s'oppose au Salut par la Grâce seule. Il en est de même avec le service, les gens s'illusionnent servir Christ, lorsqu'en réalité ils sont au service de leur pasteur et de leur église, ils ont été manipulé et endoctriné sans le réaliser.

 

La séduction: Tout ce qui, dans une personne ou une chose exerce un attrait irrésistible pour la détourner du droit chemin, du bien, du devoir, est de la séduction. Il s'agit de l'art de charmer par les mots qui se nomme aussi la «logo-magie» et qui détient des rapports étroits avec le mesmérisme. En science sociale, la séduction est un procédé visant à susciter délibérément une admiration, une attirance. Le mot est dérivé du latin seducere, signifiant littéralement «tirer à l'écart», et possède des connotations généralement négatives. Le but le plus simple de la séduction consiste à obtenir un avantage de la part de la personne séduite, par exemple l'adhésion aux doctrines de la secte ou encore la soumission à l'autorité du pasteur et aux parasites qui dirigent le groupe. Il est souvent question dans ce domaine de manipulation physique ou psychologique. L'apparence y joue aussi un rôle important, surtout au niveau de la piété et de la dévotion. L’esprit, c'est à dire «le raisonnement» de séduction est un esprit très dangereux qui place un mûr entre les aspirations de la secte dite chrétienne et la révélation de la vérité en Christ dans les Saintes-Écritures. L’esprit de séduction flatte les crédules dans le sens du poil, les convainquant qu'ils sont bien et en sécurité dans ce milieu, et aimé par les adeptes de la secte. Le but de l’esprit de séduction est de faire tomber les crédules dans l’orgueil et l’aveuglement à la vérité de la Parole de Dieu qui est déformée par leurs pasteurs qui dirige la prétendue église. La dépendance à la secte évangélique commence par la séduction, une séduction tant humaine que diabolique. Cela est évident dans le fait que la séduction est aussi une prise de pouvoir sur l'autre, une violation de la conscience et, finalement, une perte de liberté. Les sectes dites chrétiennes sont passées maîtres dans l'art de séduire. Voici une excellente définition du médecin psychiatre Jean-Marie Abgrall: «Séduire, c'est avant tout plaire, mais c'est aussi détourner de la vérité. Tout le travail des sectes vise à proposer une utopie chatoyante en lieu et place de la grisaille quotidienne. Le recruteur-séducteur met en scène l'illusion sectaire; il agit comme un bateleur pour attirer les adeptes potentiels; il propose des réponses simples à des interrogations complexes; il charme l'interlocuteur pour créer l'illusion de l'échange affectif; il joue en permanence sur le rôle des émotions, effaçant de ses propos toute logique; il oppose la morbidité du réel à la perspective d'un amour idyllique, celui qui règne au sein de la communauté» (L'Etat face aux dérives sectaires, p.94, Helbing & Lichtenhahn, Bâle, 2000). Le message des sectes évangéliques est à la fois merveilleux et simpliste. S'appuyant sur les émotions, le pasteur pourra affirmer des choses sensées ou, au contraire, absurdes, peu importe, le message passera car les dernières barrières mentales ou psychologiques auront sauté. Et cela est d'autant plus vrai que la téléologie religieuse, la finalité de toutes les fausses spiritualités, est de changer le monde.

 

La phase de recrutement achevée, elles vont demander à leur nouvelle proie de s’investir un peu plus dans le groupe en lui demandant quelques menus services. Le but est de maintenir graduellement le nouveau venu par l’engagement et le dévouement. En posant la notion des bonnes oeuvres, il se crée chez ce dernier le sentiment d’être utile. Par la suite, il se voit proposer une formation avec le pasteur ou ses acolytes, il est question de lui enseigner la doctrine de l’organisation, de le remodeler. S’il accepte, il entre définitivement dans la secte, ceci se réalise par des procédés initiatiques, tels le baptême, le repas du Seigneur, les interprétations de la Bible, l'adhésion aux crédos ou confessions de foi, le serment. Il est désormais embrigadé suite à une ruse subtile. C’est autour de la pensée du pasteur manipulateur que s’élabore tout le système de croyance des adeptes. La cohésion du groupe est assurée par l’entretien d’un sentiment de persécution et par l’obtention d’une allégeance inconditionnelle et totale au pasteur tout puissant. Il exerce sur ses adeptes une dictature de la conscience et une déstabilisation mentale. Ayant été remodelés, ils ont été introduits dans un nouveau monde, celui d'une fausse grâce, de la joie et de l’éternité. Personne n’ose plus décider par soi-même ou prendre des grandes décisions concernant les choses de sa vie quotidienne sans consulter le pasteur, l’être suprême qui est la vérité. C’est de lui que provient la clé de la réussite et de la prospérité, qui sont l’un de leurs thèmes majeurs de prédilection. Sa parole est la loi et la foi.

 

Rois de la manipulation, les pasteurs évangéliques procèdent également par l’enfermement mental et l’isolement social. Le départ d’un membre contributeur est souvent vécu comme pilule très amère. Il insiste à cet effet sur les témoignages et des études programmées de la Bible. C‘est pourquoi l’adepte est tout le temps endoctriné afin qu’il ne s’ouvre pas au monde extérieur, jugé de diabolique et de pervers. Par exemple, tout contact avec l’extérieur c’est -à-dire la famille, les amis, la lecture de certains livres sont interdits parce qu’ils risqueraient de développer un jugement critique ou un éveil d’esprit et une prise de conscience. Ainsi, en mettant en œuvre les techniques de la manipulation mentale et d’endoctrinement, les sectes évangéliques parviennent à acquérir domination psychique et physique, pouvoir, profits et exploitation financière au détriment de leurs victimes. Lorsque la victime tente de se réveiller de cette situation, elles jouent leur dernière carte: celle de la culpabilité et du chantage. Il est facile d’y entrer à cause des moyens de séduction mais difficile d’y sortir complètement à cause des techniques de manipulation et d’endoctrinement. Tomber dans une secte évangéliques est la chose la plus périlleuse.

 

La contrefaçon: La contrefaçon est une contagion qui ne connaît aucune borne, nous la retrouvons en ces derniers temps non seulement au niveau de l'industrie, mais aussi dans nos gouvernements crapuleux et les religions frauduleuses, surtout dans la chrétienté, où nous voyons un nombre incalculable de gens se donner corps et âme à un christianisme contrefait sans avoir la moindre notion de la duperie de laquelle ils sont victimes. Ce document contient des informations stupéfiantes pour ceux qui ont des yeux pour voir, et des oreilles pour entendre. Les effets du développement rapide de ce faux christianisme, aujourd’hui, vous toucheront personnellement, beaucoup plus directement que vous ne puissiez l’imaginer ! En effet, cette révélation explosive ne s’adresse pas uniquement aux «gens religieux», mais à tous les individus. Vous êtes-vous déjà posé la question ? «Comment en suis-je arrivé à croire ce que je crois maintenant en matière de religion, de morale et du véritable but de l’existence humaine? Si mes amis et moi, nous avons tout simplement adopté, aveuglément, les idées admises par la société dans laquelle nous vivons ou les doctrines d'une église quelconque, n’est-ce pas également ce qu’ont fait la plupart des gens? Serait-il possible que nous ayons accepté, sans réfléchir, les fausses idées supposément chrétiennes et bibliques auxquelles nous croyons, et qui ont, en fait, grandement influencé des millions de gens et que nous regardons comme allant de soi?» Vous êtes-vous jamais posé ces questions fondamentales ? Si un Dieu réel existe, et si la Bible contient Sa révélation inspirée, vous devriez sérieusement tenir compte de ce que la Bible dit à propos de ces interrogations. La Bible recommande: «Examinez toutes choses; retenez ce qui est bon» (1Thes. 5 :21).

 

Maintes et maintes fois, la Bible répète qu'un temps d'apostasie viendrait dans lequel un grand nombre seront séduit, et plus de deux milliards de «supposés chrétiens», parmi les principales dénominations, font partie de ce «grand nombre»! Ces individus et leurs prédicateurs n’ont pas l’intention de nuire, car une personne séduite ne sait pas qu’elle est séduite! Il nous importe de comprendre cette nuance. Le monde moderne «chrétien» nous présente un pseudo christianisme édifié sur du sable mouvant. Son système doctrinal et moral est impuissant pour servir de base à la vérité révélée. Des forces séculières croissantes sont occupées à dicter leurs standards de pensée et de conduite, prenant le pas sur les dirigeants religieux. Nous sommes une société qui, bientôt, subira le châtiment directement par le Dieu suprême qui nous donne la vie et le souffle. Pourquoi? En grande partie parce que nos peuples ont été séduits par la croyance en un autre Jésus, proclamé par les sectes évangéliques et des mouvements de délivrance qui voient des démons partout sauf en leur propre cœur, et parce que nos peuples ont réellement perdu tout contact avec le Dieu suprême et la vérité qu’Il a révélée dans les Saintes Écritures, et surtout parce que ces vérités sont tordues par des pasteurs sans scrupules qui par hypocrisie subtiles prêchent leurs dénominations particulières en prétendant libérer les gens par la puissance de l'évangile, mais d'un évangile déformé qui plaît à la nature humaine déchue.

 

Le Seigneur Jésus a dit: «Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité.» (Matthieu 7 :21-23). L’iniquité ? Le terme original dans ce passage est encore plus fort, il désigne littéralement «commettre une fraude», une supercherie, une falsification de l'original, en d'autres mots le passage nous indique ici un christianisme contrefait au point même qu'il séduirait les élus si cela était possible, s'ils ne seraient pas sous la protection du Dieu Souverain. Ce passage est clair pour nous indiquer qu'il s'agit ici d'un christianisme qui est impliqué avec des faux signes et miracles. Oui ! La religion qui porte le nom de «christianisme évangélique» est un faux christianisme, un amalgame de sectes frauduleuses qui, Bible à la main, falsifient son contenu sacrée dans le but de dominer sur les consciences individuelles en endoctrinant leurs membres dans une signification déformée de la justification par la foi que l'on peut nommer la justification par le choix! Dans 2 Thes. 2 :7, l’apôtre Paul se réfère à cela en tant que «mystère de l’iniquité», il s'agit en effet d'une doctrine qui élève l'homme au même niveau que Dieu, une doctrine qui valorise les efforts de l'individuel dans le but de maintenir une dignité humaine qui s'oppose à la souveraineté de Dieu dans le salut et la sanctification.

 

La flatterie: Louange fausse ou exagérée adressée aux crédules de la secte évangélique dite chrétienne, la flatterie est l'attention intéressée, une cajolerie visant à enjôler quelqu'un pour le séduire dans des fausses voies de salut. Il s'agit de paroles mielleuses, de manières douces et caressantes à l'égard d'une personne afin de lui donner la fausse impression qu'elle est aimée. L'art de la flatterie est à la fois simple et redoutablement efficace. Pour augmenter les revenus afin de remplir les coffres de la secte, pour séduire et persuader les adeptes d'accepter les doctrines tordues de la secte, il suffit parfois d'un petit compliment. Car plus une personne est convaincue de sa valeur, plus elle cherche à se l'entendre dire. Avec des compliments bien placés on peut faire croire n'importe quoi à presque n'importe qui, ainsi on fait croire aux crédules de la secte qu'ils sont utiles au groupe, que leur présence est grandement appréciée, qu'ils ont un comportement idéal et sont un modèle du troupeau, ou que le travail qu'ils font pour la secte est excellent. Plus l'adepte a des richesses, plus on le flattera, et plus il sera considéré pour des positions privilégiées. Ainsi la voie est ouverte à l'escroquerie en abusant la confiance du crédule naïf qui tombe aisément dans le piège.

 

La liberté: L'expertise des sectes dites chrétiennes évangéliques est de feindre la liberté. Le thème de la liberté est très fort de nos jours, chacun y tient mordicus et la défendra à n'importe quel prix, on n'a qu'à s'opposer au concept du libre-choix tellement estimé sinon idolâtré par les évangéliques, et on le réalise pleinement. On ne tarde à devenir les cibles de toutes sortes de dénigrements, d'insinuations et de provocations par ceux qui se réclament de l'amour de Dieu, car tel est l'esprit maléfique qui anime tous les évangéliques. Vous n'avez qu'à regarder les discussions sur le Blog de la vache sacrée, Michelle d'Astier de la Vigerie, la reine des démons, pour réaliser que vous êtes au plein centre d'une crise psychopathique occasionnée par l'infection d'une maladie virulente de la vache folle qui se propage comme une vraie épidémie, affectant le cerveau de tous les crédules de ce milieu. Ces gens sont esclaves de leurs délires, ils ont été conditionnés à penser qu'ils sont tous des serviteurs de Christ, lorsqu'ils sont en réalité des serviteurs de la démence d'une vieille femme qui est fortement troublée mentalement et qui déforme la vérité à sa guise. Ceci n'est qu'un exemple parmi des centaines de millier au sein du christianisme contrefait dit Évangélique qui se réclame faussement être fondamentaliste lorsque leur fondement réel est la duplicité. Le Seigneur Jésus nous dit: «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés et je vous donnerez du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.» (Mat. 11:28-29). En regardant ce passage merveilleux, les réprouvés ne tarde pas à répliquer que «venir implique le libre-choix», mais le Seigneur Jésus dit: «Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m'a délégué ne l'attire...» (Jn. 6:44); «...personne ne peut venir à moi, si cela ne lui a été donné par mon Père.» (Jean 6:65); «Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, mais c'est moi qui vous ai choisis, et qui vous ai établis...» (Jn. 15:16). À vous évangéliques, tellement connaissant et tellement spirituels, vous qui possédez la vérité, la connaissance et tout le discernement, vous qui êtes des exemples de piété et de dévouement, nous vous demandons, nous pauvres et misérables créatures rejetées de tous, ignorants et pécheurs égarés que vous considérez comme des hérétiques et disciples de Satan, dites-nous «où est le libre-choix dans tout cela, où est la décision personnelle de venir à Christ ?» Se pourrait-il que vous êtes dans l'erreur, car si le libre-choix n'existe pas vous êtes dans l'égarement et vous êtes perdu. Et vous allez nous montrer comment servir Christ! La notion est tellement ridicule qu'elle serait la plus grande comédie si elle ne serait pas le plus grand drame. L'apôtre Pierre nous dit que «chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui». (2 Pi.2:19). En d'autres mots, on est soit esclave de la vérité ou de la duplicité. La fonction d'un esclave est exactement la même qu'un membre dans le Corps de Christ. Le membre n'a aucun choix de suivre les directions de la Tête, les mains et les pieds ne sont pas libre d'agir par eux-mêmes ni le peuvent-ils. L'esclave n'a aucun droit, aucun libre-choix, aucun mérite, le but de son existence est de servir à l'Esprit de Christ qui l'habite, et non de se servir lui-même.

 

La sanctification: Pour les sectes évangéliques, la sanctification consiste à rechercher la sainteté, de se rendre noble ou saint. L'obéissance aux commandements et la persévérance à la dévotion et aux bonnes œuvres sont les moyens utilisés par les sectes dites chrétiennes pour plaire à Dieu, mais le Dieu de leur imagination sectaire. Un point crucial à remarquer est que nous ne sommes pas sauvés par la sanctification, mais par la grâce au moyen de la foi dans le sang de Christ. La vraie sanctification ou «mise à part» selon son sens original est une position déjà atteinte, elle est un fait déjà réaliser dans le sacrifice de Christ sur la croix; mais la fausse sanctification des sectes évangéliques est une position à atteindre par les efforts de la persévérance et de l'obéissance, une sainteté morale et sociale qui est basée sur les apparences et les émotions changeantes de la nature humaine déchue. La sanctification réelle est la position du croyant mis en Christ comme son substitut. Par le fait que nous avons été crucifiés avec Christ, nous sommes rectifiés et restauré devant Dieu, considéré pur et innocent, et fait enfant de Dieu. En d'autres mots, la sanctification est LA POSITION DE NOTRE RESTAURATION dans un état de sainteté qui est reliée au sacrifice de Christ, et non aux efforts du croyant individuel de mener une vie de sainteté dans le but de plaire à Dieu afin d'assuré son salut. Elle est la conséquence immédiate et directe de notre justification et de la grâce du salut qui nous est accordé gratuitement à la croix. Sans cette sanctification aucun ne peut voir Dieu, car la pureté et l'innocence de la sainteté sont essentielles pour entrer en sa présence, et cela nécessitait le sacrifice d'une victime innocente et sans taches qui verserait son sang pour justifié et restauré ceux à qui il donnerait la foi. Ceux qui ne sont pas sanctifié de cette façon sont des imposteurs qui proclament un faux évangile, et ceux-ci sont légion sur la terre en ces derniers jours de la grâce, alors viendra le jugement et aucun réprouvé ne pourra échapper à la colère de Dieu qui va s'abattre sur un monde impie et prétentieux.

 

La sainteté est un attribut essentiel de Dieu. Elle caractérise aussi les croyants puisque nous sommes désignés comme «ceux qui ont été sanctifiés en Jésus-Christ, qui sont appelés saints» (1 Cor. 1:2). Pour ces raisons, la sanctification occupe une place importante dans toute la Bible. Elle doit d’autant plus retenir notre attention que ses différents aspects sont généralement peu connus ou tordus. La sanctification signifie dans son sens initial: séparation, «mise à part par Dieu» et non «mise à part pour Dieu». La différence entre ces deux positions est énorme, une met l'emphase sur la puissance de la souveraineté absolue de Dieu, et l'autre sur la puissance des efforts de l'individuel pour se rectifier lui-même au moyens de sa persévérance et de son obéissance. Une découle de la doctrine du salut par la grâce, l'autre de la fausse doctrine du salut par les œuvres ou «salut par le choix de croire», une valorise le choix de Dieu et l'autre valorise le choix de l'homme, une est la pure vérité et l'autre un mensonge subtil et raffiné, une est authentique et l'autre une contrefaçon. Touchons maintenant au point sensible de la sanctification chez les sectes évangéliques, à savoir «le combat contre le péché». Ces réprouvés, et nous n'utilisons point ce terme à la légère, condamnent le salut par la grâce seule et s'opposent avec véhémence à l'assurance absolue du salut. S'il s'agirait que de nous, nous les laisserions périr dans l'ignorance de leur apostasie, mais à cause des élus nous ne pouvons nous taire devant de telles aberrations. À maintes reprises nous avons entendu ces gens déclarer que le salut par la grâce seule, qu'ils nomment doctrine de l'hypergrâce, est une doctrine exécrable, voir même diabolique, un salut à bon marché qui ouvre la porte à toutes sortes de péchés, et que le salut et la sanctification sont conditionnels aux efforts de leur persévérance dans la foi et à leur obéissance à la loi. Il va presque sans dire qu'il s'agit ici de la pire perversion de la vérité qui puissent exister, et si nous devons nommer une personne coupable d'une telle rébellion dont l'influence néfaste empoisonne un grand nombre, il s'agit bien de la gourou renommée Michelle d'Astier, sorcière de la Vigerie, qui exerce un soit disant ministère de délivrance ou d'exorcisme de démons chimériques qui sont en réalité que les dérèglements de conscience de ces gens déséquilibrés et honteux. Cette réprouvée enseigne même que Jésus est devenu Dieu seulement à son baptême, et elle n'est pas reproché pour cela d'aucun sbire de sa secte démoniaque. Mais n'imaginons pas qu'une telle pratique néfaste de déformer la grâce du salut soit exclusive à ce groupe de réprouvés, plusieurs autres faux prophètes et docteurs se donnent aussi à ces puissances infernales de perversions.

 

L'intimidation: La menace ou intimidation trouble l'esprit de ceux qui prennent des démarches pour quitter une assemblée évangélique supposément chrétienne. Elle est le côté sombre de l'esprit humain, à travers la tromperie, la peur et la culpabilité vécue par des membres de ces sectes de vermines insalubres. La peur est un outil très efficace, elle est souvent utiliser pour empêcher les membres de quitter le groupe. Les dirigeants sont très conscients de cette technique de manipulation. Ces scélérats utilisent généralement le verset d'Hébreux 10:25 qu'ils tordent à tord pour garder le contrôle de leurs adeptes: «N'abandonnons pas notre assemblée, comme c'est la coutume de quelques-uns; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d'autant plus que vous voyez s'approcher le jour.»  Si un membre quitte la secte, il va être harcelé, lui, sa femme, et ses enfants par le pasteur et les adeptes de la secte. Le but est de discrédité le mari aux yeux de sa femme ou vice versa, ce qui généralement se termine par le divorce et la destruction de la famille. Plus que souvent l'intimidation donne accès à un esprit de provocation et de vengeance qui est considérée d'une façon tordue comme étant de l'exhortation, principe utilisé pour harceler et marteler les gens avec des versets de la Bible afin de s'attaquer aux critiques de la secte. Mais il y a aussi un grand danger qu'elle puisse conduire à la violence et même à des tentatives de meurtre, comme ce fut le cas chez certains baptistes du Québec.

 

La présomption: Par présomption il s'agit d'opinions très favorables que l'adepte d'une secte évangélique détient sur ses propres facultés physiques spirituelles ou intellectuelles. En d'autres mots, il s'agit d'avoir une grande confiance en soi. Or la confiance en soi est le contraire de la confiance en Christ. La présomption est fondée seulement sur des indices ou des apparences qui sont estimés comme étant la vérité. De là viennent les préjugés, les hypothèses, les conjectures, les suppositions, les ambitions et l'orgueil. La présomption remplace la foi authentique chez les sectes évangéliques, il s'agit ici d'une fausse foi, d'une fausse assurance, d'une foi charnelle qui est une contrefaçon de la véritable. La présomption est une des plus grandes fraudes spirituelles en existence, elle n'a aucune stabilité, aucune profondeur, ni aucune qualité durable. Le doute et la défiance sont ses caractéristiques primaires, et les délires de son hypocrisie porte à une destruction certaine.

 

La prétention: La prétention est la sœur de la présomption. Elle est décrite comme étant un trait de caractère qui porte à se flatter de qualités exagérées, à être excessivement satisfait de soi-même et à afficher des airs supérieurs. Elle est la caractéristique prédominante des sectes évangéliques. La prétention est le domaine des pharisiens modernes, de tous les légalistes qui se surestiment par leur obéissance aux principes de la loi. Elle dégage une fierté honteuse et abominable qui est insupportable tellement elle est dégueulasse et répugnante. Dans les sectes évangéliques du christianisme contrefait moderne, les prétentieux sont légions. Ils brillent d'orgueil, d'arrogance et de pédanterie, puis finissent par s'écraser dans la doléance de leur insatisfaction.

 

La diffamation: Reconnu comme le sport favori des sectes évangéliques, la diffamation cherche à porter atteinte à la réputation ou à l'honneur de quelqu'un par des exagérations, des ragots, ou des demi-vérités. Toute allégation ou imputation d'un fait exagéré, d'histoire inventée, ou de balivernes puériles  qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est de la diffamation. Spécifions toutefois que professer la vérité dans un esprit de rectitude sous la direction de l'Esprit de Christ qui habite ses élus, n'est pas de la diffamation mais de l'apologie justifiée afin d'exposer les ennemis de la croix. Sans l'Esprit de Christ, comme nous voyons parmi les sectes évangéliques, une telle approche devient instantanément de la médisance et de l'agressivité. La diffamation est l'arme par excellence des sectes évangéliques et ils savent très bien s'en servir.

 

L'exploitation: La pratique de la dîme, de donner un dixième de ses gains aux dirigeants d'une église locale quelconque, est le moyen d'exploitation par excellence utilisé par le christianisme contrefait moderne. Elle est désignée par plusieurs comme étant «l'évangile de la prospérité». Plus précisément, elle est un principe d'intimidation par lequel une direction parasite vole subtilement l'argent des membres d'une assemblée. On l'utilise premièrement pour payer les salaires des ministres, pasteurs et évangélistes, ces paresseux qui ne veulent point travailler honnêtement pour subvenir à leurs propres besoins. Elle donne à ces prétentieux un style de vie exubérant au-dessus de la majorité de ceux qui les soutiennent. Cette administration de parasites maintient un ministère qui s'oppose à l'égalité et la sacrificature spirituel de tous les chrétiens authentiques.

 

***

 

Tels sont les fruits des sectes dites chrétiennes et évangéliques, et beaucoup plus encore. Prenez garde et soyez vigilant car ces nids de vipères venimeuses veulent votre perte.

 

 

A Christ seul soit la Gloire